Suivez nous sur nos autres médias :

SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Derniers Articles

Actualité SNPM

MARCHE SILENCIEUSE A VENISSIEUX

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Ce jeudi 13 novembre après-midi, les policiers du Syndicat Alliance Police Nationale manifestent à Paris entre Bastille et République à partir de 13h pour revendiqué une meilleure considération de leur travail, une plus grande reconnaissance de leurs fonctions, et de meilleurs équipements. Il y a un an déjà, le 13 novembre 2013, les forces policières exprimaient leurs mécontentements, cinq mille d’entre eux s’étaient rassemblés devant l’Assemblée Nationale. Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d’Alliance Police Nationale, qui compte plus de 30 000 adhérents, mène de front cette grande manifestation.

Le Syndicat National des Policiers Municipaux, par la voie du Bureau National et tous les Policiers Municipaux affiliés, sympathisants ou autres, leur adresse un message de soutien dans leur action.

Il est intolérable que les forces de l’Etat soient ainsi sacrifiées dans un climat d’insécurité qui n’a jamais atteint un tel sommet. Loin de toute idéologie, il serait temps que nos élus nationaux, régionaux, départementaux et municipaux prennent en considération les manques de moyens humain et matériel qui est subit de plein fouet aujourd’hui. La délinquance est en progression constante. Les auteurs de faits sont de plus en plus jeunes et de plus en plus équipés quand on déshabille les forces de sécurité intérieure.  A quand une vraie prise de conscience politique… mais surtout moral !

Dans ce contexte délétère, où la parole d’un policier est systématiquement remise en cause. Il est de notre devoir d’apporter notre soutien sans faille à nos collègues de la Police Nationale. Ils sont nos partenaires privilégiés dans nos propres actions quotidiennes. Nous travaillons, aujourd’hui plus qu’hier et certainement moins que demain, main dans la main en faisant face aux mêmes individus sur la voie publique, aux quasi mêmes missions de tranquillité et ordre public.

Fonctionnaire de Police Nationale, Gendarmerie National, Douaniers et Policiers Municipaux, c’est dans un esprit de solidarité, de cohérence et fraternité que nous nous devons d’être unis,  pour que demain il y est enfin une vraie prise de conscience publique et politique de la dangerosité de votre et de notre profession.

 

 

J.M  JOFRE

Posted On 14 Nov 2014
, By

Actualités CFE-CGC

Actualité PM

ILS TABASSENT LEUR SŒUR ET SON COMPAGNON : PAS DE « ÇA » PENDANT LE RAMADAN ! HIER La presse de gauche est muette, tout comme les féministes habituellement si promptes à dénoncer. Marie Delarue Ecrivain, musicienne, plasticienne C’est un fait divers comme il s’en déroule à l’autre bout du monde – c’est, du moins, ce que l’on se répète pour se rassurer. Certes, on découvre aussi cela dans les séries télévisées de nos voisins britanniques, mais Londres n’est qu’une annexe de l’Empire, un faubourg des Indes. Pas de ça chez nous ! Et pourtant… Ce 31 mai, deux frères ont été placés en garde à vue, à Nancy, pour avoir torturé leur sœur (moi, j’appelle cela ainsi) en raison de « son comportement indécent » durant le ramadan. Informé auprès du parquet, Le Figaro rapporte : lundi soir, au domicile de leur mère, l’un des frères de la victime « lui aurait reproché une relation amoureuse alors qu’elle n’était pas mariée et de se vêtir de manière indécente ». On peut imaginer qu’en raison de la chaleur étouffante et du temps orageux, l’impudique jeune femme avait osé se mettre en manches courtes, voire bras nus. Mais l’affreuse avait l’âme plus noire encore : elle était amoureuse et « hébergeait un homme ». À 25 ans, quel scandale ! Le mâle frangin, n’écoutant que sa conscience et sa testostérone, s’est donc rendu au domicile de la jeune femme pour mettre un peu d’ordre dans cette chienlit. Et que je te vire l’amant, et que je tabasse ma sœur. Coups au visage et dans les côtes avant de couper les cheveux de la malheureuse avec un couteau et de lui taillader le cuir chevelu. Mais l’expédition punitive ne s’arrête pas là. Dans le deuxième épisode, c’est le compagnon qui trinque. Resté en bas de l’immeuble d’où il avait appelé les pompiers, il a été lui aussi « roué de coups par l’agresseur et un deuxième frère, arrivé en renfort sur les lieux. Alors qu’il parvenait à s’enfuir, les deux hommes ont tenté de le renverser avec leur voiture et l’ont menacé de mort devant le commissariat de police où il s’était réfugié. » Les deux grands frères, respectivement âgés de 36 et 33 ans, ont été présentés à la justice pour « acte de torture ou de barbarie, violences volontaires aggravées, tentative de meurtre et menaces de mort réitérées ». Croyez-vous qu’ils aient exprimé le moindre regret ? Pas du tout. Au contraire. Le gardien en chef de la vertu de sa sœur l’a dit aux policiers : « Elle était au courant qu’il y a des principes culturels et familiaux vis-à-vis du respect de soi-même. Elle avait été prévenue à plusieurs reprises qu’elle ne devait pas se comporter ainsi et encore moins durant le mois du ramadan. » On ne sait pas ce que sont ni ce que font les deux frères : chômeurs, dealers, employés de banque comme leur sœur ? Mystère. Ont-ils poursuivi une scolarité exemplaire, faisaient-ils partie des 20 % d’illettrés qu’on évacue du primaire vers le collège pour mieux s’en débarrasser ? Mystère, toujours. Ce que l’on sait, en revanche, c’est qu’ils ont une définition bien à eux du respect et de l’honneur. Le tortionnaire en chef invoque « le respect de soi-même ». Mais comme son nom l’indique, cela concerne… soi-même ! Sa sœur est majeure, dans un pays où chacun est libre et responsable de ses actes. Libre d’aimer, de se promener bras nus, de travailler, d’avoir un compagnon si cela lui chante. Les médias sont pudiques, ne disent rien de ces deux salauds-là dont la vertu assassine témoigne de l’avancée, chez nous, d’un islam aussi misogyne et rigoriste qu’ignorant. La presse de gauche est muette, tout comme les féministes habituellement si promptes à dénoncer. Craignant moins les faits que la montée prétendue de « l’islamophobie », ces gens-là préfèrent assurément le silence à la dénonciation d’un crime qui, celui-là, est pourtant bien réel ! inShare Cet article a été lu 7673 fois Cette statistique n’est pas mise à jour en temps réel

Posted On 02 Juin 2018
, By
Off

Communiqués de Presse

Voir tous les articles

Vidéo

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline