Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Rennes. Pour la onzième fois, il agresse des policiers

Samuel NOHRA.

Huit mois de prison dont quatre mois ferme. C’est la peine dont vient d’écoper, ce vendredi 5 octobre, un homme de 54 ans jugé au tribunal correctionnel de Rennes. Il avait agressé, jeudi, des policiers municipaux, estimant être dans son droit.

Jeudi après-midi, rue du Pré-Botté. Des agents du Star contrôlent un homme de 54 ans. Il n’a pas de titre de transport et les contrôleurs lui réclament sa carte d’identité pour le verbaliser. Ce n’est pas au goût de l’homme, qui s’énerve. Trois agents de la police municipale interviennent pour tenter de le calmer.

Mais le quinquagénaire voit rouge et les insulte copieusement. Il tente même de leur fausser compagnie. Un policier tente alors de le retenir et le contrevenant l’attrape au cou. Il sera finalement maîtrisé et placé en garde à vue au commissariat avant de passer, ce vendredi, en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Rennes.

« Vous avez déjà dix-sept condamnations à votre casier « 

Un homme pour qui le tribunal est un endroit connu. « Vous avez déjà dix-sept condamnations à votre casier judiciaire dont dix pour violences à l’encontre de représentants des forces de l’ordre ou d’agents assermentés et cinq pour outrage », rappelle la présidente de l’audience. Des condamnations qui lui ont déjà valu de longues peines de prison.

« C’est vrai que j’avais un peu bu, explique le prévenu. Mais je n’ai pas aimé qu’ils me prennent ma carte d’identité, j’en avais besoin pour aller retirer de l’argent avant que la banque ne ferme. » Et d’ajouter : « J’étais dans mon droit de la reprendre. » Il reconnaît les insultes mais pas les coups.

Il reconnaît aussi « avoir un problème d’alcool depuis l’âge de 20 ans ».  À Rennes, depuis quelques années, il ne travaille pas, n’a pas de logement, et erre entre foyers et amis qui l’hébergent. « Pourtant, je suis allé de moi-même à Guillaume-Régnier pour me faire soigner. J’attendais de partir en cure. »

Le procureur, dans son réquisitoire, lui a rappelé, « que l’on ne règle pas ses problèmes dans la violence. Encore moins quand on a bu ». Il a requis quatre mois de prison ferme. Le tribunal l’a condamné à huit mois de prison dont quatre mois ferme, avec obligation de se soigner. Il a été écroué à l’issue de l’audience.

SNPM
A propos de l'Auteur