Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Metz : ça ira mieux avec le permis

Les prochaines semaines s’annonçaient plus souriantes que les précédentes pour Medy qui venait de trouver un appartement à Longeville-lès-Metz. Mais, allez savoir pourquoi, le Messin a renoué avec cette poisse dans laquelle il se colle tout seul depuis des années.

Le 2 décembre, la police municipale veut le contrôler avenue André-Malraux, à Metz, parce qu’un de ses feux arrière ne fonctionne pas. Au lieu de s’arrêter dans la première à droite comme le veut l’équipage, le conducteur ignore la consigne et tente de filer. Gyro, deux-tons, il finit par s’arrêter au terme d’une petite courette dans le quartier. Les policiers découvrent que le lapin a voulu détaler parce qu’il n’a pas le permis.

Tout en le reconnaissant spontanément, Medy sait aussi que cette envie de balade dans la bagnole de la belle-sœur, au demeurant plutôt surprise de cet emprunt, va lui valoir une quatrième conduite sans permis sur son casier déjà surpeuplé.

D’accord, il n’a pas roulé comme un dératé ni mis des vies en danger ; d’accord, il tente de rentrer dans les clous en passant son code auquel il a échoué en janvier, mais, pour le parquet, ça commence à faire beaucoup. Il faut dire que Medy s’est fait piquer en mars à vendre des stups alors qu’il était sous bracelet électronique et qu’il a purgé le reste de sa peine en cellule jusqu’au 30 septembre. Finis les aménagements pour le ministère public qui veut huit mois ferme, un mandat de dépôt et 200 € d’amende pour un stop grillé pendant la poursuite.

Un parcours compliqué

La défense de Me Philippe Quatrebœufs veut mettre un peu de bleu dans cette grisaille. « Son casier est un élément de personnalité, mais pas le seul. Son parcours est compliqué, mais il a réussi à avoir un logement. Même si la famille et, plus largement, l’aide sociale prennent les choses en charge, c’est le début de l’autonomie. » L’avocat veut préserver ces premiers pas en évitant la détention, en plaidant la souplesse et la modération.

Le tribunal voit plutôt une solution à cinq mois ferme, le dépôt et une amende à 150 €. Il fallait s’y attendre. Les proches de Medy n’espéraient pas de miracle. Ils avaient prévu un sac de sport rempli de vêtements.

F. C.

Source:: Metz : ça ira mieux avec le permis

SNPM
A propos de l'Auteur