Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Lorraine : il pénètre dans un commissariat pour « prouver l’insécurité des policiers »

Posted On 06 Mai 2020
By :
Comment: Off

Un homme s’est introduit dans l’enceinte du commissariat de la circonscription de Longwy-Villerupt lundi 4 mai pour « prouver que les policiers vivent dans l’insécurité ».

Un policier à Nancy, en Meurthe-et-Moselle.
Un policier à Nancy, en Meurthe-et-Moselle. (©Nicolas Zaugra/ Lorraine Actu)

Il est 7h du matin lundi 4 mai 2020 lorsqu’un individu cagoulé pénètre dans l’enceinte du commissariat de la circonscription de Longwy-Villerupt (Meurthe-et-Moselle).

S’il se cache dans un premier temps, il se dirige très vite vers les caméras de surveillance. Voulait-il les dégrader ou seulement les cacher ? Lui seul le sait, explique une source policière.

Lire aussi : Confinement : effectif en baisse, violences… des policiers donnent l’alerte à Longwy

« J’aurais pu tuer plusieurs policiers si j’avais une kalash »

Aperçu par des policiers, l’homme est très vite interpellé. Selon les premiers éléments recueillis par Lorraine Actu, il serait entré dans l’enceinte du commissariat pour prouver l’insécurité dans laquelle vivent les forces de l’ordre.

Une justification complétée par des propos jugés plus inquiétants puisqu’il a affirmé qu’il aurait pu tuer plusieurs policiers s’il était venu avec une kalashnikov.

Âgé de 42 ans et connu des services, l’homme a été placé en garde à vue. Une perquisition a également été réalisée à son domicile.

Selon la radio France Bleu, l’homme a été fiché S mais il a « disparu des radars ». 

Lire aussi : Élève pour devenir policière, le coronavirus la propulse déjà sur le terrain à Nancy

Un audit de sécurité demandé pour tous les commissariats

Face à la situation, le syndicat Unité SGP Police FO Meurthe-et-Moselle a demandé un audit de sécurité de l’ensemble des commissariats du département lors du Comité d’hygiène et de sécurité mardi 5 mai.

Laurent Bessinsecrétaire du syndicat, explique à Lorraine Actu :

Il faut savoir que ce n’est pas la première fois qu’une personne s’introduit dans un commissariat sur le département (Dombasle, Briey…) Pour éviter que cela se reproduise, nous avions demandé un audit de sécurité, qui n’avait alors pas été accepté. Là, au vu de la situation, l’étude de sécurisation a été validée par le préfet et le directeur de la direction départementale de la sécurité publique de Meurthe-et-Moselle.

SNPM
A propos de l'Auteur