Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Castres: Ivre dans la rue? La tournée de la police facturée 120 euros (en plus de l’amende)

SOCIETE Dans le Tarn, la commune de Castres en a marre de mobiliser ses agents de police pour transporter les personnes imbibées à l’hôpital. A partir du 1er janvier, elle leur facturera la «prestation» 120 euros, en sus de l’amende…

Helene Menal

  • La ville de Castres a décidé de facturer l’interpellation des personnes ivres dans la rue.
  • Il leur en coûtera à partir du 1er janvier 2018 120 euros de frais de transport

Le tarif à de quoi faire décuver d’un coup. A partir du 1er janvier 2018, les personnes ivres interpellées dans les rues de Castres, dans le Tarn, et conduites à l’hôpital par la police municipale devront s’acquitter de 120 euros de frais de transport. Ce, en plus de l’éventuelle amende classique pour ivresse sur la voie publique pouvant aller de 35 à 150 euros.

>> A lire aussi : Toulouse: En une demi-heure, 12 fêtards prennent un PV pour avoir bu de l’alcool à Saint-Pierre

Cette « facturation » a été votée mardi 12 décembre, à l’unanimité, par le conseil municipal. Parce que la commune en a assez de mobiliser sa police municipale pour chaperonner des soiffards. D’autant que les agents doivent souvent les conduire d’abord aux urgences pour examen avant de les confier à la police nationale pour un séjour en cellule de dégrisement.

Le temps c’est de l’argent

« Chaque interpellation nécessite la neutralisation d’une patrouille, et d’au moins deux fonctionnaires sur une durée allant d’une à deux heures, et génère des frais de transport représentant un coût important pour la collectivité », argumente le maire, Pascal Bugis, dans la délibération. L’édile précise qu’il y a eu 130 interventions de ce type en deux ans.

La délibération castraise, assez insolite, s’appuie de plus sur un article du Code de la Santé publique. Celui-ci prévoit qu’une « personne trouvée en état d’ivresse dans les lieux publics est, par mesure de police, conduite à ses frais dans le local de police ou de gendarmerie le plus proche ou dans une chambre de sûreté, pour y être retenue jusqu’à ce qu’elle ait recouvré la raison. »

Difficile de dire si la perspective de payer la tournée va tempérer les ardeurs des fêtards castrais. Elle pourrait en tout cas donner des idées à d’autres maires…

SNPM
A propos de l'Auteur