Suivez nous sur nos autres médias :

Syndicat National des Policiers Municipaux

Attentat à Strasbourg: Le corps de Cherif Chekatt «formellement identifié»… Daesh revendique l’attaque…

Posted On 14 Déc 2018
By :
Comment: Off

Revivez  les événements de la journée de jeudi, qui s’est terminée par la mort de l’auteur présumé de l’attentat…

MA, JLD, VRB, PB

Police. Rue où vient d'être  abattu le tireur du marché de Noël de Strasbourg. Strasbourg le 13 12 2018.
Police. Rue où vient d’être abattu le tireur du marché de Noël de Strasbourg. Strasbourg le 13 12 2018. — G. Varela / 20 Minutes

L’ESSENTIEL

  • Chérif Chekatt, l’auteur présumé de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg, qui a fait au moins trois morts, a été abattu ce jeudi soir par la police.
  • Chérif Chekatt avait été signalé par une femme dans l’après-midi et il a tiré sur une brigade BST qui a riposté et l’a neutralisé vers 21h00.
  • Daesh a aussitôt renvendiqué l’attaque d’un de ses «soldats».

A LIRE AUSSI

 

2h00: Ce live est terminé

Merci d’avoir suivi cette soirée qui s’est terminée par la neutralisation du suspect vers 21h00. Voici les dernières informations:

  • Cherif Chekatt a été neutralisé vers 21h00, à la frontière des quartiers de La Meinau et du Neudorf.
  • Il a tiré sur une brigade de la BST, qui a riposté et l’a abattu.
  • Sur place pour annoncer la réouverture du marché de Noël vendredi, Christophe Castaner s’est dit «fier» des policiers, égalemet félicités par Emmanuel Macron.
  • Daesh a dans la foulée revendiqué l’attaque d’un de ses «soldats».

1h10: «Je crois que c’est fait», quand Christophe Castaner a appris la mort de Cherif Chekatt

Le président de l’Eurométropole de Strasbourg Robert Herrmann était dans la salle avec le ministre de l’Intérieur quand la nouvelle est tombée. « Nous voyons les représentants de la police judiciaire, de la police nationale et le préfet être appelés pour dialoguer confidentiellement avec le ministre. Et nous voyons, sur les visages, des sourires apparaître. On se regarde et on se dit que, peut-être ce soir, il y aura une bonne nouvelle, raconte-t-il. Nous attendons, ils se regardent, ils vont, ils viennent et puis le ministre le dit : “Je crois que c’est fait”. »

Le récit de la soirée de notre journaliste Alexia Ighirri à lire ici.

0h10: Les remerciements d’Emmanuel Macron

«Merci à l’ensemble des services mobilisés, policiers, gendarmes et militaires. Notre engagement contre le terrorisme est total.»

Et du préfet:

Et de Gérard Collomb:

 

0h00: La revendication de Daesh en français

 

23h45: L’Unsa loue «la polyvalence» de la BST

«Les policiers strasbourgeois ont été remarquables sur leur engagement leur disponibilité et leur volonté d’aller jusqu’au bout pour mettre fin au périple terroriste de Cherif Chekatt. Les policiers de voie publique de la BST, ceux qui sont capables de tout faire tant leur polyvalence est grande, ceux qui sont le plus exposés quotidiennement, ont une fois de plus démontrés leur grand professionnalisme et leur détermination», déclare le syndicat.

23h30 : Chérif Chekatt formellement identifié

«Les investigations réalisées ce soir ont permis d’identifier formellement» Chérif Chekatt, indique une source au Parquet de Paris à 20 Minutes.

22h55: Chekatt avait été repéré par une femme dans l’après-midi

Chérif Chekatt avait été repéré jeudi après-midi par une femme qui avait remarqué qu’il ressemblait au fugitif et qu’il était blessé au bras, indique une source proche de l’enquête à l’AFP. Cette femme l’avait ensuite signalé à la police, répondant à un appel à témoins qui avait été lancé mercredi soir, a-t-on précisé de même source.

Des traces de sang ont été trouvées, et des images vidéo ont permis aux policiers d’acquérir la certitude qu’il s’agissait du fugitif. Dans la soirée, le secteur est quadrillé et survolé par un hélicoptère équipé de caméras thermiques. Jusqu’à la dernière confrontation.

22h48: Cherif Chekatt était un «soldat» de l’organisation Etat islamique, selon l’agence de propagande citée par SITE

22h30: Les remerciements du maire

Roland Ries remercie particulièrement «les forces qui ont traqué et trouvé le tueur».

 

22h20: Castaner «fier» des policiers, bis

Avec la photo:

 

22h15: Chekatt a tiré sur les policiers, qui «ont riposté et neutralisé l’assaillant», précise Castaner

«Des moyens particuliers avaient été mis en place en début de soirée, notamment un hélicoptère sur le secteur où le terroriste semblait localisé. À 21h00, un équipage d’une brigade spécialisée de terrain composée de trois fonctionnaires de la @PoliceNat67 ont aperçu un individu suspect déambulant sur la voie publique au niveau du 74 rue du Lazaret. Cet individu correspondait au signalement de la personne recherchée mardi soir. Ils l’ont interpellé pour l’arrêter. Ce dernier s’est alors retourné, faisant face aux fonctionnaires de police, en tirant. Ils ont riposté et neutralisé l’assaillant.»

22h15: «Je suis fier de vous», Christophe Castaner félicite les policiers qui ont abattu Chekatt

22h10: «Fin de la traque», tweete la police

 

22h00: Chekatt a été abattu tout près de là où la police avait perdu sa trace mardi

C’est dans le quartier de le Meinau, à Neudorf, à une station de tram de là où la police avait perdu sa trace.

21h55: La police applaudie à Strasbourg

 

21h50: Aucun policier blessé lors de l’intervention

 

21h45 Chekatt tué par un équipage de la BST

Cherif Chekkat a été tué par un équipage de la BST ( la brigade spécialisée de terrain) de la DDSP 67. Il a été retrouvé avec son arme, précise une source syndicale à 20 Minutes.

21h40: Christophe Castaner va revenir à la préfecture et s’exprimer à 22h00

Il a achevé sa conférence au moment où l’information tombait.

21h35: Le quartier de la Meinau bouclé

Notre journaliste Gilles Varela est sur place, rue Lazaret.

 

21h30 Chérif Chekatt a été neutralisé par un équipage de la sécurité publique

Chérif Chekatt a été neutralisé par un équipage de la sécurité publique, indiquent des sources proches du dossier à 20 Minutes. Le quartier près du74 rue de Lazaret est bouclé.

 

21h20 CHERIF CHEKATT ABATTU PAR LA POLICE

Chérif Chekatt, l’auteur présumé de l’attentat de Strasbourg, est mort, neutralisé par la police lors de l’opération rue de Lazaret au sud du quartier de Neudorf, indique une source proche du dossier à 20 Minutes.

21h05: « Aucun impact sur les moyens dédiés à l’enquête judiciaire. Les manifestations restent interdites», assure Castaner

 

21h05: Le dispositif de sécurité renforcé pour la réouverture du marché vendredi

– plus de moyens humains pour mieux quadriller

– des moyens plus concentrés pour mieux contrôler (le nombre de points d’entrée réduits de 19 à 15 ; fermeture tous les jours à 20h et non plus 22h le week-end)

 

21h00: Le marché de Noël va rouvrir vendredi avec une sécurité renforcée
Castaner l’annonce à l’instant, «pour ne pas céder devant la peur». «La fête, la vie, la joie qui font partie de notre culture et dont le marché est un symbole national doivent l’emporter»

20h55: Castaner doit s’exprimer dans quelques minutes

Notre journaliste Alexia Ighirri est sur place:

 

20h30: Castaner va s’exprimer dans quelques instants

 

19h40: L’itinéraire du terroriste connu 

 

19h20: Vous pouvez revoir la cérémonie religieuse ici 

 

19h00: La question de la réouverture du marché de Noël va être abordé ce soir

 

18h15: La vie tente de reprendre son cours à Strasbourg 

 

18h10: Pendant ce temps, dans le quartier de la Meinau 

 

18h05: L’archevêque de Strasbourg prend la parole 

 

18h00 : Début de la veillée de prière dans la cathédrale

 

17h25: Opération en cours à la Meinau. 

Les forces de l’ordre sont cagoulées dans leur véhicules. On ne sait pas encore le but de l’opération.

17h10: Un périmètre de sécurité est maintenue rue de belfort à Neudorf
Avec la présence d’un véhicule de secours. Le confinement de l’école Schluthfeld, à quelques centaines de mètres, est levé, et les enfants sont sortis.

16h55: Le cinquième individu placé en garde à vue est un homme de l’entourage de Cherif Chekatt, qui n’est pas de sa famille (source du parquet de Paris)

16h53: Opération terminée au Neudorf et périmètre levé. La circulation est rouverte

16h52: Une opération dans le quartier voisin de la Meinau. Mais qui ne donnerait rien non plus

16h50: Une cinquième personne placée en garde à vue

 

16h40: Le Raid est revenu sur place, trois véhicules viennent de rentrer  dans le périmètre à Neudorf

16h35: Un écrit appelant au djihad trouvé dans l’appartement de Cherif Chekatt, selon les informations de DNA

 

16h30: Selon les informations de 20 Minutes, l’opération en cours à Neudorf est une « levée de doutes ».
La rue est bloquée par mesure de sécurité, mais il n’y a rien d’urgent pour le moment.

16h20: Opération «chat» sur Twitter.

Il s’agit pour la population de publier massivement des images de chats sur les réseaux sociaux, afin de noyer les tweets diffusant des informations sur les opérations de police, qui pourraient donner des indications aux éventuels suspects.

 

15h50 : Le parquet antiterroriste allemand ouvre une enquête

Le parquet général allemand a ouvert une procédure contre Chérif Chekatt, a-t-on appris auprès de l’autorité en charge des affaires terroristes. Le parquet a lancé une enquête pour meurtre, tentative de meurtre ainsi que coups et blessures graves, a indiqué un porte-parole, Markus Schmitt, confirmant des informations du journal berlinois Tagesspiegel.

« Cela ne change rien à la responsabilité des autorités françaises qui mènent l’enquête », a-t-il ajouté. La section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie des faits après que des témoins ont entendu Chérif Chekatt crier « Allah Akbar » (Dieu est le plus grand). Le parquet allemand est autorisé à enquêter en parallèle car des ressortissants étaient présents lors de l’attaque à Strasbourg, ville frontalière entre la France et l’Allemagne. Même s’ils n’ont pas été blessés, ils ont subi un traumatisme.

15h36 : Les Strasbourgeois invités à mettre une bougie à leurs fenêtres

Si l’organisation d’un rassemblement en hommage aux victimes est impossible, un arrêté préfectoral l’interdisant, Serge Oeler, l’adjoint au maire de Strasbourg, a créé un évènement sur Facebook pour inviter la population à mettre une bougie aux fenêtres, en hommage aux victimes.

« J’en parlais avec ma femme, c’est elle qui m’a donné l’idée. C’est un acte de solidarité vis-à-vis des victimes et de leurs proches. Comme on ne peut pas se rassembler (un arrêté préfectoral l’interdit), il faut un moment pour marquer le coup ensemble, en quelque sorte. Une bougie à sa fenêtre, c’est quelque chose de symbolique, mais ça reste un geste quand même. Je crois que les gens en ont besoin. Ils ont besoin de s’exprimer », a-t-il expliqué à notre journaliste sur place.

15h28: La traque du suspect continue

 

15h24 : Une opération de vérification a eu lieu à Strasbourg

Une importante opération de vérification, engageant le Raid, est en cours dans le quartier de Neudorf, a confirmé une source policière à 20 Minutes. Il s’agit « seulement » d’une opération de levée de doute, et non un assaut.

De nombreux véhicules de police ont été disposés en travers des rues pour bloquer la circulation. Des policiers lourdement armés et protégés par des boucliers progressent groupés, pénétrant dans les maisons, armes automatiques au poing.

 

15h21 : Emmanuel Macron s’exprime depuis Bruxelles

En déplacement à Bruxelles pour le conseil européen, Emmanuel Macron s’exprime sur l’attentat de Strasbourg : « C’est la France qui a été touchée mais aussi une grande ville européenne. Le ministre de l’Intérieur retourne à Strasbourg en fin de journée à ma demande », a expliqué le chef de l’Etat.

Le Président a réaffirmé «la solidarité de la Nation» à l’égard des victimes.

15h14 : Le Sénat observe une minute de silence

Les sénateurs observent une minute de silence en mémoire des victimes. Gérard Larcher, le président du Sénat, a exprimé sa solidarité pour les familles des victimes : « Nous devons demeurer unis dans un esprit de responsabilité ».

 

13h59 : Valérie Pécresse demande que les fichés S pour radicalisation soient jugés pour « intelligence avec l’ennemi »

La présidente (LR) de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a souhaité, comme Marine Le Pen, que les fichés S pour radicalisation puissent être déférés devant la justice pour « intelligence avec l’ennemi », après l’attaque de Strasbourg.

Selon elle, « les Français ne comprennent pas qu’il n’y ait pas cette peine d’intelligence avec l’ennemi, parce que nous sommes en guerre contre le terrorisme islamique », a-t-elle expliqué au micro d’Europe1. « Le gouvernement ne doit plus tergiverser : les fichés S pour radicalisation doivent être déférés devant la justice pour « intelligence avec l’ennemi » et mis hors d’état de nuire », avait affirmé mercredi la présidente de région sur Twitter.

13h20: Vers un hommage citoyen ? 

 

13h15: Fausse alerte en Suisse, où une voyageuse pensait avoir aperçu Chérif Chekatt

 

13h10: Le club de football de Strasbourg rendra hommage à la ville lors du match ce week-end face à Reims

13h00: Le secteur du tourisme fortement impacté 

 

12h50 : Pourquoi il faut « relativiser » l’idée selon laquelle l’Alsace est un foyer terroriste

Journaliste à France 24 et auteur de « L’État islamique, le fait accompli », Wassim Nasr revient sur la situation de Strasbourg.

 

12h19 : Le maire de Strasbourg salue la « solidarité » des concitoyens

 

12h15 : « La traque continue »

 

12h09 : Le maire de Strasbourg s’exprime

 

12h01 : Le maire de Strasbourg, Roland Ries, va débuter sa conférence de presse

Notre journaliste est présente sur place.

 

11h37 : Le bilan s’alourdit à 3 morts

Le bilan de l’attentat de Strasbourg s’alourdit avec une troisième victime décédée, a annoncé la préfecture de la région Grand Est et du département du Bas-Rhin. « Le bilan, toujours provisoire, est désormais établi à 3 personnes décédées, 5 blessés graves et 8 blessés légers », a indiqué la préfecture dans un communiqué. L’un des 5 blessés graves de cette attaque est toujours en état de mort cérébrale, selon le parquet de Paris.

11h30 : Nicolas Dupont-Aignan accuse le gouvernement d’« instrumentaliser » l’attentat de Strasbourg

Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, a accusé le gouvernement d’« instrumentaliser » l’attentat de Strasbourg pour « essayer de faire taire » les « gilets jaunes », qu’il a appelé à « rester » manifester en province samedi.

« J’ai toujours dit aux gilets jaunes, avant même l’attentat : évitez les manifestations à Paris, restez dans vos mobilisations de province calmes, pacifiques », a rappelé Nicolas Dupont-Aignan sur LCI.

Mais la crise des « gilets jaunes » et l’attentat de Strasbourg n’ont « aucun rapport » et « je n’instrumentaliserai pas, comme le gouvernement, cet horrible attentat pour essayer de faire taire un peuple qui n’en peut plus de la manière dont il est gouverné et saigné ».

11h24 : Le Préfet du Bas-Rhin demande aux lycéens à cesser les rassemblements aux abords des établissements scolaires

En raison de la mobilisation des forces de l’ordre, Jean-Luc Marx, le préfet de la région Grand Est et du département du Bas-Rhin, appelle les lycéens à cesser les blocages et les rassemblements : « Ces mouvements violents mobilisent les forces de l’ordre par ailleurs employées au quadrillage de la ville suite à l’attaque perpétrée mardi 11 décembre », a-t-il annoncé dans un communiqué de presse.

Par ailleurs, la préfecture rappelle « que les manifestations et rassemblements de personnes sont pour l’instant interdits sur le territoire de l’Eurométropole de Strasbourg dans la mesure où ils ne peuvent qu’aggraver la situation actuelle ».

10h14 : Beaucoup de monde à la cellule d’urgence médico-psychologique

Contacté par 20 Minutes, Guillaume Corduan s’excuse d’avoir une « voix un peu fatiguée ». Depuis mardi, 21h30, ce psychiatre travaille dans la cellule d’urgence médico-psychologique mise en place dans le centre-ville de Strasbourg après la fusillade. « Les gens étaient très nombreux mais tous n’avaient pas besoin de parler. Cela viendra peut-être dans les prochains jours. La première personne que j’ai vue était une dame qui culpabilisait. Elle m’a demandé si c’était normal qu’elle ne soit pas terrorisée comme d’autres l’étaient », indique le praticien.

Sur le pont mercredi aussi, Guillaume Corduan raconte que beaucoup de témoins directs des faits sont toujours inquiets, l’auteur des coups de feu étant en fuite. « Le climat n’est pas propice pour que ces gens se sentent en sécurité. Tous me disent qu’il court toujours. » A chaque fois, le psychiatre écoute, conseille et le cas échéant prescrit un traitement médicamenteux. « On explique souvent aux gens qu’il vaut mieux ne pas regarder les images de l’attentat à la télé et aussi d’éviter l’alcool. Contrairement aux idées reçues, l’alcool n’aide pas à oublier ce qu’on a vu ». Pour tous ceux qui souhaiteraient s’y rendre, la cellule est installée à la cité de la musique et de la danse, place Dauphine, à Strasbourg.

10h45 : Le match entre Marseille et Bordeaux reporté

« À la demande de la Préfecture des Bouches-du-Rhône », le match entre l’Olympique de Marseille et les Girondins de Bordeaux, prévu dimanche à 21h00, est reportée « en raison de l’actualité et de l’affectation des forces de l’ordre sur d’autres missions », a annoncé la Ligue de Football Professionnel (LFP) dans un communiqué de presse.

10h22 : « Il faut lutter contre le terrorisme à la racine », estime Adrien Quatennens

« Je pense que l’arsenal législatif tel qu’il fonctionne aujourd’hui est suffisant. Aujourd’hui nos services font tout ce qu’ils peuvent pour lutter contre le terrorisme (…) Le dispositif qui a été enclenché par le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre est bon. Ils font tout leur possible », a déclaré le député de la France insoumise, Adrien Quatennens, au micro de BFMTV

« Nous n’arriverons pas à avoir un risque zéro », a-t-il poursuivi, expliquant qu’il fallait réfléchir à un « plan d’action à plus long terme. »

10h05 : La préfecture du Grand Est conseille de privilégier les transports en commun

Suite au renforcement des contrôles de sécurité à la frontière franco-allemande, de nombreux ralentissements perturbent la circulation. La préfecture de la région Grand Est et du département du Bas-Rhin conseille de prendre les transports en commun.

 

9h49 : Le syndicat de police Alliance appelle les « gilets jaunes » à « suspendre leur mouvement »

Invité de franceinfo, le secrétaire national du syndicat de police Alliance Stanislas Gaudon a appelé les « gilets jaunes » à « suspendre leur mouvement » le temps de la traque de Chérif Chekatt, l’auteur présumé de l’attentat.

« Si les « gilets jaunes » pouvaient suspendre leur mouvement le temps qu’on puisse souffler et qu’on puisse notamment s’occuper de cet individu, et s’occuper de la sécurisation des lieux en cette période de fêtes », a déclaré le secrétaire national du syndicat, rappelant que « la police est sur tous les fronts depuis quatre ans ».

9h41 : Le Rassemblement national estime que Chérif Chekatt ne serait pas en liberté s’il était au pouvoir

Invité au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC-BFMTV, Sébastien Chenu, le député RN du Nord, estime que si son parti était au pouvoir « un individu avec 27 condamnations à 29 ans ne serait pas en liberté ». « Que faisait dehors ce Cherif Chekatt ? », s’interroge-t-il.

 

9h38: La vie reprend doucement son cours à Strasbourg 

Notre journaliste est sur place.

 

9h28 : Le stade de la Meinau fermé au public

Le Racing club de Strasbourg a annoncé que le stade de la Meinau restera fermé au public ce matin.

 

9h27 : La cellule de crise reste activée

Pour les élèves, collégiens et lycéens une cellule de crise reste activée afin d’assurer la sécurité des établissements scolaires strasbourgeois, précise l’académie.

 

9h18 : « Chaque fois qu’il y a un nouvel attentat, c’est un coup de poing dans l’estomac »

« Chaque fois qu’il y a un nouvel attentat, c’est un coup de poing dans l’estomac », a déclaré le porte-parole et directeur général de l’Association française des Victimes de Terrorisme, Guillaume Denoix de Saint Marc, au micro de Franceinfo.

« Même si on s’y attend, même si par notre métier et par le fait qu’on est professionnel dans ce domaine, on s’y attend, c’est chaque fois un peu un choc », a-t-il poursuivi.

9h15 : « Daesh reste vivant dans notre pays par des pratiques individuelles » juge Richard Ferrand

Invité sur France Inter, le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a jugé que « Daesh est certes mort loin de chez nous, mais reste vivant dans notre pays par des pratiques individuelles, des emballements qui décident d’un passage à l’acte criminel. »

 

8h56 : Nicolas Dupont-Aignan dénonce « le laxisme judiciaire »

Invité de LCI, Nicolas Dupont-Aignan, a estimé que « le laxisme judiciaire aboutit à laisser dans la nature des multirécidivistes qui devraient être en prison. » Le président de Debout La France a notamment proposé des solutions pour les fichés S comme « le bracelet électronique 24h sur 24 » ou « l’assignation à résidence loin de leur domicile ».

8h53 : Laurent Berger appelle les « gilets jaunes » à ne pas manifester pour « ne pas surcharger la barque des policiers »

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a jugé jeudi qu’il serait « de bon ton » que les « gilets jaunes » ne manifestent pas samedi « pour ne pas surcharger la barque des policiers » après l’attentat de Strasbourg.

« C’est à ceux qui organisent de dire ce qu’ils entendent faire. Mais on voit bien l’extrême fatigue des policiers, de ces agents publics », a-t-il déclaré sur RFI. « Ce serait de bon ton de ne pas surcharger les barques », a-t-il ajouté, lançant un appel « à l’absence de toute violence ».

8h42 : Le maire de Strasbourg espère réouvrir le marché de Noël « dès demain »

Alors que le préfet a annoncé que le marché de Noël restait fermé, ce jeudi, pour des raisons de sécurité, le maire de Strasbourg, Roland Ries, lui, espère une réouverture du marché de Noël « dès demain, si possible », a-t-il expliqué au micro de BFMTV. « La vie reprend à Strasbourg », a-t-il ajouté.

« C’est mon objectif, mais il faut évidemment que les conditions de sécurité soient réunies », a conclu Roland Ries.

8h39 : Le gouvernement appelle les « gilets jaunes » à ne pas manifester samedi

« Nos forces de l’ordre et de sécurité ont été mises à contribution énormément ces dernières semaines (…) et, au regard des événements qui se sont déroulés, de l’attentat terroriste qui s’est déroulé sur le marché de Noël à Strasbourg, il serait préférable que, ce samedi, chacun puisse vaquer de manière apaisée à des occupations d’un samedi avant les fêtes », a déclaré Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement sur le plateau de CNews.

« Ce que nous vous demandons, en responsabilité, c’est d’être raisonnables samedi et de ne pas aller manifester », a-t-il ajouté, avant de préciser : « à ce stade, (…) nous n’avons pas décidé d’interdire les manifestations qui se tiennent samedi. »

8h33 : Benjamin Griveaux, fustige le « concours de tweets » des politiques

Invité sur le plateau de CNews, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a fustigé le « concours de tweets » des politiques après l’attentat de Strasbourg. « Ce n’est pas très responsable », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Les Français nous regardent et se disent : ils nous prennent vraiment pour des gogos. »

 

8h21 : Les équipements culturels et sportifs réouvrent ce jeudi

Si le marché de Noël de Strasbourg reste fermé ce jeudi, le préfet estimant que les conditions de sécurité ne sont pas encore suffisantes, l’ensemble des équipements culturels et sportifs de la ville doit en revanche rouvrir.

Une prière est organisée à 18 heures à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg en hommage aux victimes.

8h16 : Jean-Christophe Lagarde dénonce « les polémiques indécentes »

Invité sur le plateau des « 4 Vérités » sur France 2, Jean-Christophe Lagarde, le patron de l’UDI, a dénoncé « les polémiques indécentes » après l’attentat de Strasbourg, notamment celle sur les fichés S : « S’il y a des failles, on aura tout le temps de les corriger, le faire au moment où la nation doit être unie me paraît assez minable ! », a-t-il expliqué.

 

8h06 : « La balle est collée très près de la moelle épinière »

Le beau-père d’Antonio Megalizzi, le journaliste grièvement blessé dans l’attentat de Strasbourg, a confirmé au quotidien italien La Repubblica, qu’il se trouvait toujours dans le coma après avoir été « touché à la tête par une balle ». « La balle est collée très près de la moelle épinière », a-t-il expliqué.

7h58 : Des contrôles toujours accrus à la frontière franco-allemande

Le préfet rappelle que le contrôle au passage des frontières a été renforcé dans le cadre de l’activation du niveau #urgenceattentat.

 

7h55 : La police a lancé un appel à témoin

Alors que son identité n’avait pas été dévoilée dans un premier temps, les autorités diffusent, depuis mercredi soir, un appel à témoins pour retrouver Chérif Chekatt, suspecté d’être le tireur.

« Attention, individu dangereux, surtout n’intervenez pas vous-même », a mis en garde la police nationale sur son compte Twitter, décrivant un individu de 1,80 m, « peau mate » et « corpulence normale » avec une « marque sur le front », et appelant toute personne en possession « d’informations permettant de le localiser » à composer le 197.

7h45 : Bonjour et bienvenue dans ce live

Suivez avec nous l’évolution de la situation, avec la traque qui continue à Strasbourg.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline