Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Arme létale : « Le terrorisme a changé la donne »

Posted On 12 Mai 2021
By :
Comment: Off
L’Unité SGP Police Force ouvrière estime que, tout comme les policiers nationaux, les agents municipaux doivent être équipés d’une arme létale. « Quand un terroriste veut faire du mal à un représentant des forces de l’ordre, il ne fait pas la différence », pointe Abdel Nahass, secrétaire du syndicat en Meurthe-et-Moselle.  Photo RL /René BYCH

Comment, dans les rangs de la police nationale, la multiplication des projets de police municipale est-elle perçue ? « D’un très bon œil », assure Abdel Nahass. Le secrétaire de l’Unité SGP Police Force ouvrière en Meurthe-et-Moselle passe au crible ce dossier, où le désengagement de l’État et le manque de moyens de sécurité publique sont régulièrement pointés du doigt…

Le constat

« Avant, on disposait de la police de proximité, supprimée en 2003 par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur », rappelle le syndicaliste. « Aujourd’hui, il y a un besoin impérieux de tranquillité publique, de lutter contre les incivilités… Ce que la police nationale n’est plus en capacité de faire, en raison du manque d’effectifs, de l’augmentation des délits, du nombre de nos procédures… La seule solution pérenne, c’est la police municipale ! »

Les missions

« Nous restons très vigilants quant aux pouvoirs accrus de la police municipale. L’État ne doit pas se désengager de sa mission régalienne. Mais ce n’est pas la grande délinquance qui pourrit la vie des citoyens ! Pour notre syndicat, la police municipale, c’est la police de quartier. Elle se charge du jeune qui vient taper la balle sur votre fenêtre tous les jours, de ceux qui écoutent de la musique à tue-tête toute la journée, etc. Les voitures brûlées, les violences urbaines, ce n’est pas son boulot ! Les faits délictuels et criminels restent notre travail. »

L’armement

« Tout policier municipal doit être armé, avec une arme létale. Il y a dix ans, la réponse de notre syndicat aurait été catégoriquement différente », reconnaît Abdel Nahass. « Le terrorisme a changé la donne. Quand un terroriste veut faire du mal à un représentant des forces de l’ordre, il ne fait pas la différence entre police nationale et municipale. On l’a vu avec Clarisse (Jean-Philippe, NDLR), l’agent municipal assassiné à Paris… » Le représentant FO va même un peu plus loin : « Quand une mairie n’offre pas d’arme à ses policiers, elle les met en danger ! »

L’accès aux fichiers

« Les policiers municipaux n’ont pas accès aux fichiers d’identification des véhicules, des voitures volées ou des personnes recherchées. C’est invraisemblable ! Pour y accéder, ils doivent passer par nos services. Ça alourdit le système et ralentit les procédures. Si on considère qu’ils sont des policiers comme les autres, on doit leur garantir l’accès, en toute confiance. Demain, si un agent municipal tombe sur une personne recherchée, mais ne demande pas de vérification, on laissera peut-être un individu dangereux dans la nature… »

SNPM
A propos de l'Auteur