Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

94 – Limeil interdit en soirée la vente d’alcool à emporter – Le Parisien

Limeil-Brévannes, le 16 juillet. Les riverains du parc Léon-Bernard se sont émus auprès de la mairie des nuisances sonores et de la saleté liées aux regroupements nocturnes. Un arrêté interdit désormais la vente d’alcool à emporter le soir.
Limeil-Brévannes, le 16 juillet. Les riverains du parc Léon-Bernard se sont émus auprès de la mairie des nuisances sonores et de la saleté liées aux regroupements nocturnes. Un arrêté interdit désormais la vente d’alcool à emporter le soir. (LP/E.M.)

Fini le pack de bières que l’on s’achète à 21 heures pour un apéro improvisé sur un banc. Comme quatre autres communes du Val-de-Marne, Limeil-Brévannes a récemment pris un arrêté municipal interdisant la vente d’alcool à emporter, de 20 heures à 6 heures. Le périmètre concerne notamment le centre-ville et la rue de Valenton jusqu’à la limite de Boissy-Saint-Léger, soit les trois quarts de la ville.

Une décision qui prend sa source dans les « troubles à l’ordre public liés à la consommation d’alcool » dont font état les riverains. « On retrouve par exemple beaucoup de verre brisé sur le parking où se tient le marché, explique-t-on au cabinet du maire (LR) Françoise Lecoufle. Et nous avons reçu des courriers évoquant des nuisances sonores autour du parc Léon-Bernard. »

Dans cet espace vert en face de l’hôpital Emile-Roux, cette habitante retrouve fréquemment des canettes ou des sachets éventrés. « Une fois, il y avait l’équivalent de deux pack de bières étalés dans l’herbe, déplore-t-elle, son petit chien dans les bras. C’est fréquemment sale. » Et d’estimer que cette mesure « peut aider », même si, d’après elle, les indélicats pourraient a minima « tendre la main jusqu’aux poubelles car elles ne sont vraiment pas loin ». Cet autre riverain du parc se dit « assez mitigé » : « S’il me manque une bouteille pour un barbecue entre amis et que je ne peux pas l’acheter à l’épicerie, je vais être frustré, prévient-il. Ce qu’il faudrait, c’est plus de patrouilles, plus de moyens pour vérifier que personne ne se pochtronne sur un banc. »

Les gérants des petites supérettes de Limeil font eux aussi grise mine. « On réalise 75 % de notre chiffre d’affaires l’après-midi et le soir et notamment avec les ventes d’alcool. On est vraiment déçus », rapporte un épicier tandis qu’un autre met en avant le fait que « beaucoup de nos clients achètent pour boire à la maison. Nous, on risque d’avoir un problème au moment de payer le loyer, l’électricité etc. »

Cet arrêté, qui a valeur de test, devrait prendre fin le 31 octobre. La mairie explique qu’à cette date, la police municipale aura été renforcée afin notamment d’effectuer plus de patrouilles.

Déjà quatre arrêtés municipaux en vigueur Comme Limeil, quatre villes expérimentent l’interdiction de vendre de l’alcool à emporter selon la préfecture. Il s’agit de Joinville, L’Haÿ-les-Roses, Le Perreux et Saint-Maur. Au dire du maire (LR) de Joinville, où un arrêté est en vigueur depuis mars, les résultats sont « assez spectaculaires » sur les bords de Marne et l’île Fanac : « On retrouve beaucoup moins de bouteilles vides », assure Olivier Dosne, expliquant que des contrôles sont effectués à la sortie des épiceries. Les villes qui interdisent la consommation d’alcool sur la voie publique sont plus nombreuses : Ablon, Arcueil, Champigny, L’Haÿ-les-Roses, Joinville, Limeil, Nogent, Noiseau, Le Perreux, Le Plessis-Trévise, La Queue-en-Brie, Saint-Maur, Villejuif, Villeneuve-Saint-Georges.

 

 

 

Source : http://www.leparisien.fr/limeil-brevannes-94450/limeil-interdit-en-soiree-la-vente-d-alcool-a-emporter-19-07-2015-4956399.php

SNPM
A propos de l'Auteur