Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Policiers fichés : Le site toujours en ligne, la colère d’un sénateur

photo le site vengeance, qui fiche notamment des policiers de rennes, est de nouveau accessible depuis quelques semaines. © photo : ouest-france.

Le site Vengeance, qui fiche notamment des policiers de Rennes, est de nouveau accessible depuis quelques semaines.© Photo : Ouest-France.

Après avoir disparu du réseau pendant quelques mois, le site qui recense des policiers de Rennes est de nouveau en ligne. Le sénateur du Val-de-Marne, Christian Cambon, demande au gouvernement d’agir.

« Techniquement, on peut bloquer l’accès à des sites internet comme c’est le cas pour ceux incitant au djihad en Syrie. Alors pourquoi ne fait-on pas de même pour ce site qui expose des fonctionnaires de police et des personnes de l’administration pénitentiaire ? » s’interroge Christian Cambon, sénateur (Les Républicains) du Val-de-Marne.

Le 9 juillet, l’élu a saisi, par écrit, la ministre de la Justice. Il s’étonne que le site Vengeance, sur lequel on trouve les photos, les noms, les adresses et parfois les numéros de téléphones de dizaines de fonctionnaires de police et de l’administration pénitentiaire, exerçant en Ille-et-Vilaine et en Loire-Atlantique, soit toujours en ligne.

Le nom de ce site ne laissant pas d’ambiguïté sur son but. Qui est derrière ? Probablement l’ultra-gauche, très active à Rennes.

Italie, Pays-Bas…

« En février dernier, les syndicats ont saisi la direction générale de la police nationale et la chancellerie de Paris, écrit le sénateur. Une enquête a été ouverte par le parquet de Rennes et des investigations sont menées par la police judiciaire et l’office central de la lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information Ce blog a été fermé mais il vient d’être à nouveau accessible au public. »

Selon des sources judiciaires, le site avait d’abord migré sur des serveurs en Italie puis a trouvé un hébergeur aux Pays-Bas.

« Les autorités françaises ont effectué un second signalement le 2 juillet aux autorités néerlandaises, affirme Christian Cambon. Seulement, l’autorisation de la fermeture d’un site basé à l’étranger peut être longue et compliquée notamment sur le plan juridique. »

« Affaire très grave »

D’où son incompréhension et sa double interrogation : « C’est une affaire très grave. Encore plus dans le contexte actuel où l’on sait que les forces de l’ordre peuvent être prises pour cibles par des terroristes ou des personnes déséquilibrées. C’est une atteinte délibérée à leur sécurité et je rappelle que ces fonctionnaires doivent être protégées par la loi. Est-ce qu’il manque une disposition législative pour agir et, si oui, quand est-ce que le gouvernement compte agir ? »

À Rennes, la découverte de ce site avait choqué de nombreux policiers. Sur certaines photos, on voit les fonctionnaires avec leurs enfants ou leurs compagnes. Des clichés essentiellement extraits de réseaux sociaux. D’autres sont pris dans la rue lors de manifestations ou de rassemblements.

Leur hiérarchie, après cette affaire, avait d’ailleurs conseillé aux policiers de faire attention à l’utilisation qui pourrait être faite de leurs images sur les réseaux. Facebook et les autres réseaux sont loin d’être aussi privés que beaucoup le croient.

Une garde à vue

Quant à l’enquête en cours, elle semble au point mort. Récemment, un Rennais avait été mis en garde à vue mais il a été relâché sans charges retenues contre lui.

Quant à Christian Cambon, il attend toujours une réponse du ministère de la Justice.

Samuel NOHRA   Ouest-France

 

 

source : http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-policiers-fiches-le-site-toujours-en-ligne-la-colere-d-un-senateur_fil-2802659_actu.Htm

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux