Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Voiture de police brûlée: Antonin Bernanos interpellé à Paris pour l’exécution immédiate de sa peine

Posted On 06 Déc 2017
By :
Comment: Off

JUSTICE En septembre, neuf personnes ont comparu devant le tribunal correctionnel de Paris pour l’incendie d’un véhicule de police en mai 2016. Antonin Bernanos avait été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis…

F.H. avec AFP

L’avocat d’Antonin Bernanos dénonce une démonstration de force musclée. « Ils sont venus à quinze pour l’embarquer, ils ont fracassé la porte de sa mère, alors qu’elle proposait d’ouvrir ». Le militant antifasciste, condamné à cinq ans de prison dont deux ans avec sursis pour avoir participé à l’attaque d’une voiture de police en mai 2016 à Paris, a été interpellé dans le XIVe arrondissement mardi matin.

>> A lire aussi: Deux prévenus relaxés au procès de la voiture de police brûlée et des peines allant jusqu’à 7 ans de prison pour les autres

Antonin Bernanos « était éligible à un aménagement de peine »

Cette arrestation a été orchestrée par la brigade d’exécution des décisions de justice(BEDJ) de la police judiciaire parisienne, a appris l’AFP d’une source policière. Lors du procès, Antonin Bernanos, étudiant de 23 ans descendant de l’écrivain Georges Bernanos, était devenu une figure emblématique pour la mouvance d’extrême gauche. Il avait été condamné à cinq ans de prison dont deux avec sursis, sans mandat de dépôt.

« Mon client avait déjà effectué dix mois de détention provisoire et était éligible à un aménagement de peine. Il ne s’est jamais soustrait à la justice, il n’a jamais été convoqué pour une exécution de peine », a dénoncé Me Arié Alimi, l’avocat d’Antonin Bernanos qui avait encore vingt-six mois de prison à effectuer. Or il est possible d’aménager une peine de vingt-quatre mois, par exemple avec le port d’un bracelet électronique.

>> A lire aussi: «On ne peut plus dire que le doute profite à l’accusé», déplore le père d’Antonin Bernanos

« Avec des remises de peine, il aurait pu sortir tout de suite. Au lieu d’attendre de voir ce qui était possible, le parquet a demandé l’exécution de la peine immédiatement, avec une rare célérité », a-t-il relevé.

SNPM
A propos de l'Auteur