Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Nice: L’inquiétante «double personnalité» du «berger de Caussols», tueur à gages présumé

Posted On 06 Déc 2017
By :
Comment: Off

ASSISES Au premier jour de son procès, Michel Lambin a été dépeint comme étant « capable de tuer sans état d’âme »…

Fabien Binacchi

Lundi, au palais de justice de Nice

Lundi, au palais de justice de Nice — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

  • Michel Lambim, 67 ans, est jugé par la cour d’assises des Alpes-Maritimes pour le meurtre d’un gardien d’école de 33 ans, tué par balle en 2002 à Antibes.
  • Surnommé le « berger de Caussols », Michel Lambin est plus largement suspecté d’être un tueur à gages au service du grand banditisme.

Une personne « très gentille, souriante et à qui on pourrait donner le bon Dieu sans confession » mais qui « est aussi capable de tuer sans état d’âme ». En ouverture de son procès devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes ce lundi, Michel Lambin, accusé d’avoir abattu un gardien d’école de deux balles en pleine tête, en 2002 à Antibes, a été décrit comme un homme à la « double personnalité » très inquiétante.

Surnommé « le berger de Caussols », un plateau de l’arrière-pays grassois où il s’était lancé dans la production de fromages, Michel Lambin, 67 ans, est en fait soupçonné plus largement d’être un tueur à gages au service du grand banditisme.

Le commanditaire présumé, une figure du milieu cannois

Déjà sous le coup d’une condamnation à 18 ans de prison, prononcée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour le meurtre d’un malfaiteur, il comparait cette fois-ci aux côtés d’Emile Fornasari, une figure du milieu cannois. C’est pour ce dernier qu’il aurait exécuté Robert Ludi, un paisible employé municipal de la ville d’Antibes âgé de 33 ans.

>> A lire aussi : Condamné en décembre pour un trafic de drogue, Thierry Fornasari se retrouve à nouveau devant la justice pour un braquage

Le deuxième accusé, jugé pour complicité d’assassinat en récidive, n’aurait pas supporté que le trentenaire fréquente son ex-concubine, mère de son fils.

Robert Ludi avait été retrouvé mort dans sa voiture, le 6 décembre 2002 sur le parking de l’école maternelle Roger-Cardi, à Antibes. Atteint de deux balles de calibre 11,43 en pleine tête, il avait succombé après une longue agonie.

« Câlin et papa-poule » ou capable d’une « extrême violence »

Arrivé à l’audience sur une chaise roulante, grimaçant de douleur, Michel Lambin occupera la cour d’assises des Alpes-Maritimes pendant trois semaines au total, avec des horaires aménagés et dans un fauteuil médicalisé pour lui faire supporter une sciatique paralysante qui avait plusieurs fois provoqué le report de ce procès.

Un fauteuil médicalisé a été installé pour l'accusé
Un fauteuil médicalisé a été installé pour l’accusé – F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

L’enquêteur de personnalité, qui est venu ouvrir les débats ce lundi, a dépeint un homme « doux, câlin, très gentil et papa-poule » selon sa famille, capable aussi d’une « extrême violence ». Egalement décrit par l’accusation comme un « tueur à gages en série, à la limite de la barbarie », Michel Lambin a vu son nom mêlé à plusieurs autres affaires.

Depuis les années 1980, la police a mené des investigations sur pas moins de neuf homicides en lien avec le « berger de Caussols ». Défendu par Jacques Vergès en 1986 pour l’un d’entre eux, il avait été acquitté. Plus récemment, ses deux mises en examen pour les meurtres de deux autres malfaiteurs s’étaient terminées par un non-lieu.

SNPM
A propos de l'Auteur