Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Plus de 12 affaires de cambriolages résolues par les policiers du Havre

Plusieurs semaines d’enquête et l’arrestation d’un couple ont permis l’élucidation de nombreux vols commis au Havre, à Fécamp et à Sainte-Adresse (Seine-Maritime)

Par Richard PlumetPublié le 12/12/2017 à 17:25

Au Havre, comme dans d’autres grandes villes françaises,la police municipale effectue des patrouilles nocturnes.
Il y a d’abord, dès 20h (pile), des contrôles aux abords des commerces, supérettes et épiceries havraises pour traquer les acheteurs de bière, de vin ou de d’apéritif, car au Havre la vente à emporter d’alcool est interdite après 20 heures…
Puis, un peu plus tard dans la soirée, la surveillance des rues se porte sur la protection des biens et la prévention des vols.C’est ainsi que, fin octobre, des « municipaux » ont eu la bonne idée de contrôler deux personnes suspectes. Ce qui a surtout intrigué les policiers c’est que le couple (un homme et une femme) détenait, en plus de matériel d’outillage et de bouteilles, une magnifique côte de bœuf… Assez évasifs quant à la provenance de ces objets, ils ont été confiés aux bons soins de la police nationale.

Les enquêteurs du commissariat central du boulevard de Strasbourg ont alors entendu cette femme et cet homme qui ont reconnu avoir volé bouteilles et outils. Une perquisition a ensuite été effectuée à leurs domiciles où les policiers ont découvert de nombreux objets volés.

Une enquête, menée les jours suivants et notamment à partir des objets découverts,  a permis de remonter et d’identifier jusqu’à une quinzaine  de victimes de cambriolagescommis principalement au Havre mais aussi à Fécamp et Sainte-Adresse.

C’est finalement il y a quelques jours (début décembre) que l’enquête a été bouclée et que les deux « monte en l’air », une Havraise de 31 ans et un Havrais de 39 ans, ont été présentés à la Justice pour les faits de « vols en réunion par effraction et recel de biens ».

Ils sont convoqués, pour jugement,  le 10 juillet 2018 au tribunal correctionnel du Havre.

SNPM
A propos de l'Auteur