Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Longwy-Villerupt | Sécurité Déficit de policiers : les promesses du ministère étaient-elles de « la poudre aux yeux » ?

Posted On 13 Déc 2020
By :
Comment: Off

Deux mois après la visite d’une délégation d’élus à Paris, les syndicats de police font le point sur les annonces du ministère de l’Intérieur. Maintien du commissariat de Villerupt, budget alloué à sa réfection, renforcement des effectifs sur la circonscription jusqu’à Longwy… Où en sont ces promesses ?

Par X. J. – 05:00 | mis à jour à 11:53 – Temps de lecture : 3 min
 | Vu 2042 fois
À la rentrée, le commissariat de Villerupt était sous les projecteurs : mobilisation des élus, manifestation, rencontre au ministère de l’Intérieur le 12 octobre… Mais deux mois plus tard, les syndicats ont le sentiment que la situation « n’a pas bougé d’un iota ». Photo RL /René BYCH

Noël approche à grands pas et les syndicats de police ne voient rien venir. Ou si peu. Le manque de fonctionnaires pèse toujours sur la circonscription de Longwy-Villerupt. Le 12 octobre, trois promesses étaient faites à une délégation d’élus du territoire reçue au ministère de l’Intérieur. Deux mois plus tard, les syndicalistes les repassent au crible…

Villerupt maintenu

Premier constat : le commissariat de Villerupt n’a pas muté en bureau de police. Il est encore ouvert 24h/24. Mais avec quels moyens ? « Dans la semaine, en journée, il compte deux enquêteurs, un chef de poste et une patrouille », détaille Laurent Bessin, secrétaire départemental adjoint de l’Unité SGP police Force ouvrière.

PUBLICITÉ

Son homologue d’Alliance Police nationale, Anthony Alex, souligne que « depuis septembre, et notre dernière perte d’effectifs, il est impossible pour l’équipe de Villerupt d’organiser seule une patrouille. Il lui faut le renfort d’un policier de Mont-Saint-Martin ! »

Peu de renforts

Cette dépendance renvoie au déficit sur toute la circonscription. Longwy-Villerupt décompte autour de 76 gardiens et gradés, alors que l’effectif de référence est de 92. « Avec le changement de la méthode de calcul, la nouvelle clef de répartition nous en attribue même 104 », souligne Anthony Alex. En attendant que cette méthodologie produise ses effets, un renfort de deux gardiens de la paix, ainsi que cinq à douze adjoints de sécurité étaient promis au Pays-Haut. « Les gardiens de la paix ne sont pas arrivés », note Laurent Bessin. « Mais nous avons reçu cinq ADS… Ça remplacera tout juste ceux qui nous quitteront en 2021 pour l’école de police. »

Côté Alliance, Anthony Alex ne semble pas surpris : « On savait que ces promesses étaient de la poudre aux yeux des politiques. Aucun mouvement de mutation n’était prévu en décembre et aucune sortie d’école ne devait profiter au Grand Est. » Retour à la case départ pour Laurent Bessin, qui se voit, à nouveau, contraint de réclamer « au moins dix effectifs pour fonctionner un minimum correctement ».

Travaux en cours

En revanche, la réfection des locaux villeruptiens se poursuit : condamnation d’une des portes arrière, installation de rideaux métalliques, remplacement de la vidéosurveillance… Sur l’enveloppe de 80 000 €, « un petit budget serait prévu pour du mobilier », croit savoir le représentant d’Alliance. Mais les deux syndicalistes s’accordent sur cette « impression d’une sécurisation d’un site qu’on prépare à une fermeture, au moins partielle ». Et le porte-parole de l’Unité SGP de se questionner : « Où est le bénéfice de l’action des politiques, à la rentrée ? On n’a pas bougé d’un iota… »

À moins que… Mercredi soir, 9 décembre, le député Xavier Paluszkiewicz a diffusé un message sur les réseaux sociaux. Le parlementaire y annonce que lui et les autres élus reçus à Paris rencontreront, ce lundi 14 décembre, le Directeur départemental de la sécurité publique à Mont-Saint-Martin. Les policiers peuvent-ils espérer un miracle pour Noël ?

SNPM
A propos de l'Auteur