Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

L’association apicole saint-amandoise appelle à l’aide pour protéger les abeilles

Environnement

Chasser le frelon asiatique des ruches

Chasser le frelon asiatique des ruches

Les membres de l’association apicole ont installé des pièges au rucher des Gorgerons, à Saint-Amand. Un moyen parmi d’autres de lutter contre la prolifération des frelons asiatiques, qui font des abeilles un festin. © marlene lestang

L’association apicole saint-amandoise alerte sur le danger que représente le frelon asiatique pour les abeilles et encourage les gens à fabriquer des pièges.

Les premiers frelons asiatiques de la saison ayant été aperçus dans le Saint-Amandois, l’association apicole fait tout de suite sa piqûre de rappel. « Nous avons écrit aux communes des alentours pour qu’elles nous aident à lutter contre cet insecte qui dévaste les ruchers, » expliquent Laurence Tellier, présidente, et Roger Costa, trésorier.

Le frelon asiatique est arrivé de l’Indre et s’est installé dans le Cher

L’attaque d’une abeille par un frelon asiatique, « c’est cruel à voir », assure Laurence Tellier : « Il se met à l’entrée de la ruche, en vol stationnaire, comme un drone, fonce sur sa proie et la coupe en deux pour ne garder que la partie qui l’intéresse, celle avec les protéines. Il se nourrit de ça, et de sucre. » Cruel, et catastrophique pour les abeilles, déjà menacées d’extinction.

« C’est maintenant qu’il faut détruire les nids »

« L’an dernier, sans parler du climat défavorable, on a subi beaucoup de pertes à cause de ce frelon repérable à son abdomen noir avec une bague orange et le bout des pattes jaune. Au départ, un nid construit par une reine, à l’abri de la pluie (sous un porche, une gouttière, un toit, dans un buisson), mesure environ 20 cm, puis la colonie part s’installer dans un arbre, à 20 ou 30 mètres du sol. Un nid moyen fait 60 cm de hauteur sur 50 cm de large, il ressemble à un gros ballon ovale. En fin de saison, il peut contenir plus de 10.000 frelons et jusqu’à 500 reines fécondées ! C’est maintenant qu’il faut détruire ces nids, à l’état primaire, pour empêcher la construction de nids secondaires et endiguer la prolifération des sujets. »

Le frelon asiatique, fléau qui inquiète les apiculteurs

La ville de Saint-Amand prend en charge le coût

À Saint-Amand, la ville a mandaté l’entreprise Applicateur 3D, spécialisée dans la désinsectisation. Les habitants qui suspectent la présence d’un nid doivent prévenir la police municipale au 02.48.63.83.40. Dans un courrier distribué ces jours-ci, le maire, Thierry Vinçon, explique la démarche et relaie les conseils de l’association apicole pour fabriquer des pièges. « C’est une opération fédératrice autour d’un enjeu capital, celui de la protection de la faune et de la flore en préservant la biodiversité, » écrit-il.

Petit à petit, le frelon asiatique fait son nid dans le Cher

Un soutien apprécié : « Saint-Amand est toujours partie prenante de notre combat pour la protection des abeilles. La municipalité prend en charge la destruction des nids. On est d’autant plus contents que, l’an dernier, des nids avaient été découverts mais tout le monde n’avait pas les moyens de payer entre 130 et 150 euros. Au moins un nid a déjà été signalé et détruit. »

L’association apicole espère que son appel à participer à la lutte va aussi essaimer dans les environs : « Si tout le monde observe et signale, on commence à gagner la partie. »

Marlène Lestang

Source:: L’association apicole saint-amandoise appelle à l’aide pour protéger les abeilles

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline