Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Contravention : 394 000 euros d’amendes reversés par l’Etat à la ville

La surveillance des stationnements par la société Q-Park au 1er janvier 2018, fait craindre une hausse des contraventions. En 2016, la somme reversée à Cahors par l’Etat pour les contraventions est trois fois supérieure à celle d’une ville comme Auch.

Le stationnement dans la boucle du Lot à Cahors reste un sujet préoccupant. L’emplacement gratuit disponible en centre-ville en journée est un bien rare, parfois difficile à trouver ce qui favorise les infractions. La contravention peut aller de 17 à 135 euros. Les 17 euros correspondent à la contravention de première classe pour défaut de paiement sur stationnement payant. Ce montant fixé par l’État jusqu’alors, sera fixé à partir du 1er janvier 2018 par les communes. À Cahors, il va rester à 17 euros et sera même dégrevé du montant déjà payé (un automobiliste ayant mis 2 euros dans l’horodateur mais ayant dépassé le temps de stationnement paiera 15 euros d’amende). L’autre changement majeur au 1er janvier concerne l’externalisation de la surveillance et de la gestion des recours. Ce seront donc des agents de la société Q-Park qui contrôleront le stationnement dans Cahors.

Deux agents municipaux seront affectés à la surveillance des stationnements gênants ou très gênants. Depuis 2015, la contravention pour stationnement extrêmement gênant (fixée par l’État) se monte désormais à 135 euros.

Pour de nombreuses personnes, l’externalisation de la surveillance fait craindre une hausse des contraventions. Il est, bien sûr, à l’heure actuelle impossible d’affirmer cela. Il faudra attendre 2020 pour connaître l’influence de ce recours à une société privé.

En effet, il est difficile de connaître à combien se montent les infractions annuelles des automobilistes sur la ville de Cahors car celles-ci sont versées d’abord à l’Etat et ne reviennent aux communes que deux ans après par un système de péréquation très indirect. Ainsi sur le compte administratif 2016 du budget principal de la ville de Cahors, le poste Amendes de police non transférable se monte à 394 000 euros. Il s’agit là de la somme reversée par l’État après péréquation sur les contraventions dressées en 2014. Cette somme ne peut donner qu’une indication de toutes les infractions constatées sur la ville de Cahors par la police municipale, la police nationale, la gendarmerie sur tous les domaines, que ce soit stationnement, circulation ou autres… Pour mieux se faire une idée, il faut savoir qu’à Auch (ville de 20 000 habitants) la somme reversée par l’État est de 125 000 euros sur la même période.

Les contrevenants peuvent toutefois se consoler en se disant que leurs amendes servent à mettre en place des solutions telles que l’aménagement de nouvelles places de stationnement comme c’est le cas au parking des Chartreux par exemple (lire ci-dessous).


Des parkings gratuits reliés au centre

De nombreuses solutions ont été mises en place pour améliorer le stationnement à Cahors.

Les parcs relais avec la navette ou le bus gratuit pour rejoindre le centre-ville fonctionnent plutôt bien. Un bus gratuit relie le centre-ville aux 85 places du parking de Regourd au nord et aux 100 places de Labéraudie au nord ouest.

La navette gratuite passe par les parkings des Chartreux (350 places) au sud, Ludo-Rollès (220 places) à l’est.

Le parking de la gare SNCF compte 130 places ; celui de Roquebillière, après le pont Valentré, 70 places ; celui de Michelet, proche du pont Valentré et des quais 50 places ; celui de Périé, vers la plaine du Pal, 100 places ; celui de Saint-Georges au sud, 110 places.

Pour les emplacements payants, les habitants du secteur sauvegardé ou de la voirie payante du quartier XIXe siècle bénéficient d’un tarif résident à 10 euros le mois. Pour les professionnels médicaux effectuant des visites à domicile, les professionnels du dépannage à domicile, les prestataires de services à domicile, un tarif préférentiel est disponible à 15 euros la semaine.

Le stationnement sur la voirie gratuite est limité à 8 jours consécutifs sur le même emplacement. Sur de la voirie payante, la limite est fixée à 48 heures.


Le chiffre : 1,5

millions d’euros > Stationnement payant. Ce sont les recettes de la ville sur le stationnement payant en 2016. Elles ne permettent pas à elles seules de couvrir entièrement les frais de fonctionnement et l’amortissement des ouvrages et du matériel. L’amortissement du parking de l’amphithéâtre est à lui seul de 360 000 euros.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline