Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Âgés de 18 à 20 ans, les auteurs d’une dégradation à 1 million d’euros arrêtés à Castelsarrasin

Après une série de lourdes dégradations dans une station fruitière de Castelsarrasin, trois individus de 18 à 20 ans ont été arrêtés. Des vidéos de leurs «exploits» ont été retrouvées sur leur téléphone portable. Montant des dégâts : près d’1 million d’euros.

Toit des bâtiments éventrés, voiture retournée sur des palox, frigos géants de conservation bousillés… Les clichés pris à la station fruitière Pommes — Lomagne, près de l’aérodrome de Gandalou, par les enquêteurs de la BSU de Castelsarrasin sont édifiants. Par deux fois, en effet, la société castelsarrasinoise a été l’objet en quinze jours de lourdes dégradations. Le montant du préjudice est colossal pour le grossiste : il est évalué à 800 000 euros.

Situé en rase campagne, ce site secondaire de la société tenue par Michel Arbia, a été « visité » par deux fois dans la nuit du 29 au 30 mai et durant celle du 12 au 13 juin derniers. Étant parvenus à pénétrer par effraction sur le site, les individus se sont livrés à une série de dégradations sans aucun mobile, « gratuites ». Au volant d’un élévateur de l’entreprise, ils ont débuté leur folle nuit. Soulevant un véhicule trouvé sur place avec ce transpalette, ils l’ont monté jusqu’à percer le toit du hangar, avant de balancer l’auto sur le toit dans une rangée de palox. Une scène de chaos que le patron de la société a découvert à deux reprises.

Âgés de 18 à 20 ans

Avec le soutien de l’équipe de la police scientifique de Montauban, les hommes du commandant Éric Mareschal ont ratissé tout le secteur. Enquête de voisinage, recherche de traces ADN et surtout un long travail de fourmi sur la téléphonie a fini par payer. Recoupant tous les appels et bornage de téléphones portables dans le rayon de la station fruitière, très isolée, un numéro a fini par intéresser les enquêteurs de la brigade de sûreté urbaine (BSU) de Castelsarrasin. Passé au STIC (système de traitement des infractions constatées), l’individu, défavorablement connu de la justice, les a mis sur la piste des auteurs de cette série de dégradations hors norme.

Interpellés il y a quelques jours, les trois individus ont été placés en garde à vue. La découverte lors des perquisitions d’un téléphone portable sur lequel figuraient des vidéos très compromettantes des dégradations, obligeait le trio à passer aux aveux. Âgés de 18 à 20 ans, les trois délinquants qui résident à Castelsarrasin et Labastide-du-Temple, n’en étaient pas non plus à leur premier coup d’essai. Ils ont également été confondus sur les dégradations du stand de tir des Archers de la commune dont le préjudice dépasse plusieurs milliers d’euros. Là encore, les mis en cause auraient bien été incapables d’expliquer ce passage à l’acte si ce n’est un profond désœuvrement. Des bêtises d’ados qu’ils risquent de payer toute leur vie, l’ardoise totale de ces dégâts multiples frisant 1 million d’euros. Convoqués devant le tribunal correctionnel, ils connaîtront leur sort à cette occasion.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline