Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais sur les lieux du meurtre pendant sept heures pour une reconstitution

Posted On 25 Sep 2018
By :
Comment: Off

L’objectif de cette reconstitution était de confronter le récit du meurtrier présumé aux réalités matérielles de l’enquête. Pour la première fois depuis la disparition de leur fille, les parents de Maëlys se sont retrouvés face à Nordahl Lelandais.

Un convoi de policiers à Pont-de-Beauvoisin (Isère), pendant la reconstitution de la nuit du meurtre de la petite Maëlys, le 24 septembre 2018.
Un convoi de policiers à Pont-de-Beauvoisin (Isère), pendant la reconstitution de la nuit du meurtre de la petite Maëlys, le 24 septembre 2018. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Sept heures : c’est la durée de la première reconstitution de la nuit du meurtre de la petite Maëlys, organisée en présence du suspect Nordahl Lelandais. Elle a débuté à Pont-de-Beauvoisin (Isère) à 20 heures, lundi 24 septembre, et s’est achevée mardi vers 3h15, selon l’envoyée spéciale de franceinfo. Les juges d’instruction en charge de l’affaire, les avocats ainsi que les parties civiles se sont rendus sur les différents lieux du drame. Pour la première fois depuis la disparition de leur fille, les parents de Maëlys se sont retrouvés face à Nordahl Lelandais.

200 gendarmes mobilisés

Le premier arrêt a eu lieu à Pont-de-Beauvoisin, sur le parking de la salle des fêtes où, dans la nuit du 26 au 27 août 2017, avait disparu Maëlys. La voiture de l’ancien militaire de 35 ans se trouvait sur le parking, dissimulée dans un container, selon l’AFP. Tous les accès à Pont-de-Beauvoisin et Domessin avaient été bouclés en début de soirée par quelque 200 gendarmes.

Après deux heures sur place, le cortège accompagnant Lelandais est sorti de la salle des fêtes. Au milieu du convoi, les journalistes présents ont pu voir l’Audi de Lelandais conduite par un gendarme, avec, sur le siège passager, un mannequin figurant Maëlys. Un autre arrêt de plus de trois heures a eu lieu à Domessin, en Savoie, au domicile de Nordahl Lelandais, où la dépouille de Maëlys aurait été temporairement déposée.

« Un moment important pour l’enquête judiciaire »

Mais le convoi a surtout marqué une autre étape, près du supermarché Hyper U, à cheval entre les départements de l’Isère et de la Savoie. A cet endroit précis, les gendarmes avaient tendu des draps pour empêcher la moindre prise de vues. Un arrêt qui suscite plusieurs questions. Cette étape a-t-elle eu lieu sur les indications de Nordahl Lelandais, qui avait été réentendu vendredi matin à Grenoble, par les juges d’instruction en charge de l’enquête ? Rien n’a filtré pour le moment.

La reconstitution s’est achevée vers 3h15 du matin dans le massif de la Chartreuse. Comme lors de ses aveux en février dernier, Nordahl Lelandais a montré où il avait déposé le corps. Dans ce ravin où, précisément, le squelette de l’enfant avait été retrouvé.

L’objectif de cette reconstitution est de confronter le récit du meurtrier présumé aux réalités matérielles de l’enquête, notamment les allers-retours décrits par Nordahl Lelandais. « C’est un moment important pour l’enquête judiciaire et c’est aussi un moment très important pour la famille pour essayer d’avoir des explications » sur le déroulement des faits, a déclaré devant la presse le colonel Yves Marzin, commandant du groupement de gendarmerie de l’Isère.

SNPM
A propos de l'Auteur