Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

78 – Poissy : la police municipale est maintenant armée

>Île-de-France & Oise>Yvelines>Poissy|Yves Fossey|28 août 2016, 16h16
Poissy, vendredi. Sept des 44 policiers municipaux ont un revolver à la ceinture. Tous seront équipés d’ici à la fin de l’année. (LP/Y.F.)
Yves Fossey

Les policiers municipaux de Poissy possèdent désormais un revolver à la ceinture. Du moins 7 des 44 agents. Ils viennent de se voir attribuer leur arme après avoir achevé leur formation. Les 37 autres fonctionnaires de la ville seront équipés progressivement d’ici à la fin de l’année.

« Il s’agit d’un outil de sécurisation et de protection », indique le chef de la police municipale. Avant de pouvoir patrouiller avec leur arme, chacun des agents a suivi une formation juridique de douze heures assurée par un magistrat, un entraînement au tir de 7 jours et demi et enfin des tests médicaux et psychologiques. « L’ensemble de cette procédure doit être validé par la préfecture avant la remise de l’arme », précise le responsable.

Les formations devraient se poursuivre tout au long de ces prochains mois, en fonction des disponibilités du camp de Frileuse à Beynes, l’un des principaux lieux d’instruction. « La demande est forte, d’autres communes souhaitent équiper leurs agents, indique le chef de la police municipale. Comme il y a eu de nouvelles consignes de l’Etat, par exemple l’augmentation des réservistes, une session de formation pour nos agents au camp des Frileuses prévue en septembre a été reportée. »

p>L’armement de la police municipale avait été souhaité par le maire (LR), Karl Olive, en juin 2014 dans le cadre du dispositif du plan de prévention des risques urbains. Après les attentats de janvier 2015, il avait demandé une mise à disposition des armes déclassées de la police nationale. « La sécurité n’a pas de prix, l’armement est indispensable car le risque est maximal, souligne l’édile. Les attentats peuvent se produire n’importe où, à n’importe quel moment. Les individus ne font pas la différence entre la police municipale et la police nationale. »La mairie prévoit maintenant de demander un agrément pour le stand de tir de la ville, situé dans le quartier Beauregard. « Nos agents pourront ainsi s’entraîner sur place au lieu d’aller au camp des Frileuses saturé. » Dotés de leur arme, les policiers doivent s’entraîner régulièrement. « Nous avons prévu quatre séances par an au lieu de deux, insiste le maire. Plus l’agent sera entraîné, plus il sera serein. » Poissy est désormais la deuxième commune du département, après Le Vésinet, à disposer d’une police municipale armée.

« Aujourd’hui sans arme, on peut être en danger »Patrice, 48 ans, policier municipal

Patrice a été le premier des 44 policiers municipaux de Poissy à se voir attribuer une arme. « Je me sens plus en sécurité et plus paisible, explique l’homme de 48 ans qui exerce cette fonction depuis vingt-six ans. Je peux utiliser mon arme pour riposter en cas de légitime défense. » Le fait d’avoir un revolver à la ceinture le rassure. « J’ai déjà été confronté à des interventions difficiles face à des individus armés, si j’avais été armé, j’aurais mis la main sur mon revolver prêt à dégainer, raconte-t-il. Aujourd’hui sans arme, on peut être en danger », poursuit Patrice, faisant allusion à la menace terroriste. L’agent, désormais équipé d’un revolver, garde la tête froide. « On est des gens responsables, assure-t-il. On a suivi une formation afin de l’utiliser correctement et on a passé des tests d’aptitude. »

Des listes d’attente au centre de tir du camp militaire de Frileuse

Illustration. Face aux nombreuses demandes, il est difficile d’obtenir des créneaux pour assurer les formations du centre de tir du camp de Frileuse. (LP/.M.)

Le camp militaire de Frileuse à Beynes où sont assurées les formations des policiers municipaux affiche complet. « En raison du contexte général en France, l’activité au camp est importante et la demande pour le centre de tir très forte, explique un moniteur. Du coup, il y a des listes d’attente pour les polices municipales. » Le site dédié aux gendarmes assure les formations des réservistes et l’entraînement des forces spéciales. Les créneaux disponibles se font donc rares. « Actuellement les villes de Poissy, Gargenville, Maisons-Laffitte, Saint-Germain-en-Laye, Vélizy ou encore Le Chesnay ont fait des demandes pour utiliser le centre de tir, indique le formateur. Ce n’est pas évident mais le maximum est fait pour satisfaire tout le monde. »

  leparisien.fr

Source : http://www.leparisien.fr/poissy-78300/poissy-la-police-municipale-est-maintenant-armee-28-08-2016-6075127.php
SNPM
A propos de l'Auteur

Syndicat National des Policiers Municipaux

SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline