Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

60 – Compiègne Elle crache, mord, insulte et frappe des policiers

Posted On 30 Mai 2014
By :
Comment: Off
Tag:

Le 21 avril, dans la nuit, une jeune femme a donné du fil à retordre aux policiers compiégnois. Pas de repentir lors de l’audience au tribunal correctionnel.

Il était 1 h 50 du matin, le 21 avril, lorsqu’une patrouille de la police municipale de Compiègne remarque une Clio mal stationnée rue des Cordeliers, une voie semi-piétonne du centre-ville, qui part de la place Saint-Jacques (le long de l’ancien Nuggets). La conductrice, une femme 27 ans, hurle, notamment sur les passants.

«  Elle n’a pas voulu nous montrer ses papiers, puis elle nous a insultés…  » La conductrice, hystérique, enclenche la marche arrière et démarre. «  À vive allure et en zigzag  », assurent les fonctionnaires, qui tentent de se rapprocher. La jeune femme repart dans l’autre sens, «  menaçant d’écraser policiers et passants, qui ont dû se coller contre le mur  », a rappelé mardi la présidente du tribunal de Compiègne.

Six mois de prison avec sursis

Devant les juges, la jeune femme aggrave son cas : «  Si j’avais voulu les écraser, je ne les aurais pas ratés ces en…  » Puis la conductrice s’enfuit, poursuivie par les forces de l’ordre, qui la perdent de vue… pour finalement la retrouver de nouveau garée rue des Cordeliers. «  Elle tapait à la porte d’un bar, en hurlant pour qu’on la laisse entrer  », peut-on lire dans la procédure. C’est avec le plus grand mal que les trois policiers municipaux vont arriver à la maîtriser. Insultes et coups fusent. La furie parviendra même à mordre à trois reprises un agent à la cuisse. Elle assure que les policiers ont utilisé une force excessive. Elle a d’ailleurs porté plainte.

C’est ensuite au commissariat qu’elle s’illustre, s’en prenant cette fois aux policiers «  de la Nationale  », comme elle dit. Alors qu’un agent féminin s’approche pour la fouille, elle lui assène un coup de pied dans le ventre. Et se prend une gifle en retour, ce qu’elle trouve anormal. «  Il fallait bien qu’elle vous repousse  », lui répond le tribunal. Les insultes continuent de pleuvoir.

Tout comme sur le trajet vers l’hôpital, au cours duquel elle crache dans l’œil d’une policière. Et pendant qu’elle est examinée. Puis au retour au commissariat, où elle est finalement installée dans une cellule. «  Les violences sur les policiers, je ne les regrette pas vu ce qu’ils m’ont fait subir.  » Le procureur présente en réponse les rapports médicaux, qui évoquent quelques hématomes aux jambes et une cheville foulée. «  Mais vous ne leur avez pas laissé d’autre choix que d’utiliser la force. »

Son profil montre qu’elle a basculé il y a quelques mois. Clerc d’avocat dans un cabinet parisien, il semble qu’elle ait vécu normalement jusqu’en novembre 2013. Une séparation, «  une consommation importante de cannabis  », rappelle le tribunal… Les médecins n’ont pas, jusqu’à présent, relevé de pathologie.

Un dérapage qui l’a menée très loin. Licenciée pour abandon de poste, fâchée avec ses proches, elle avait eu affaire à la police en novembre. Ce qui lui avait valu d’être internée 15 jours, à la demande de son père. Pour cette intense nuit d’avril, elle a été condamnée à six mois de prison avec sursis et à verser 150¤ à chacun des six policiers qu’elle a agressés, pour leurs frais de justice. Elle a également l’obligation de se soigner.

Publié le 29/05/2014

JULIEN BARBARE

source : http://www.courrier-picard.fr/region/compiegne-elle-crache-mord-insulte-et-frappe-des-policiers-ia190b0n379942

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux