Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

31 – TOULOUSE : La fourrière tourne à plein régime depuis mars

,

Circulation – Contraventions

4 8 55 véhicules ont été mis à la fourrière depuis ./ Photo DDM archives. Nathalie Saint-Affre
4 8 55 véhicules ont été mis à la fourrière depuis ./ Photo DDM archives. Nathalie Saint-Affre

Depuis fin février, la Police municipale effectue des actions coup de poing contre le stationnement gênant. Le nombre de véhicules mis à la fourrière est en forte hausse. En attendant un changement de comportement des automobilistes ?

Quel bilan tirer après cinq mois d’actions coup de poing contre le stationnement gênant ?

Les chiffres sont éloquents : le nombre de véhicules mis à la fourrière est en hausse de 21 % en 2015 par rapport à 2014. Depuis le 1er mars, ce sont 4 855 véhicules qui ont été emmenés. Autrement dit, chaque mois, en moyenne, ce sont 971 voitures que leurs propriétaires doivent aller récupérer auprès de la police municipale.

Si la mairie a fourni ces données brutes, elle n’a pas souhaité en revanche les commenter. Contrairement à l’association 40 millions d’automobilistes, qui s’exprime par la voix de Pierre Chasseray, son délégué général : «Cette hausse est normale. La mairie a décidé de siffler la fin de la récréation, donc les verbalisations augmentent fortement. Je soutiens la municipalité dans cette lutte contre le stationnement gênant. Car le stationnement anarchique est à la base de nombreux embouteillages.»

Hausse des verbalisations, avant une baisse à long terme ?

Si la politique stricte de la mairie est maintenue, les automobilistes n’auront pas, à long terme, d’autre choix que de se conformer aux règles de stationnement. Un fait que confirme Pierre Chasseray : «Dans la ville de Nice, quand a été mise en place la vidéo verbalisation, le nombre de contraventions a explosé. Mais avec le temps il est revenu à la normale. Preuve que les automobilistes s’adaptent».

En revanche, le délégué général de 40 millions d’automobilistes estime que, si la mairie deToulouse a raison de renforcer la lutte contre les véhicules mal garés, elle doit également mettre en place des mesures pour faciliter le stationnement des automobilistes. «La ville de Calais a rendu le stationnement gratuit et les bienfaits sont nombreux (voir encadré). A Toulouse de tels dispositifs doivent également être créés. Car aujourd’hui, il y a une inégalité forte dans le centre-ville toulousain.» Les parkings privés situés sous le Capitole, à Esquirol ou encore à Jean Jaurès ne sont en effet pas accessibles à toutes les bourses (ndlr : 2,80 € pour une heure).

Pierre Chasseray conclut : «il est important de comprendre que la solution n’est pas uniquement la répression. Même si la lutte contre le stationnement gênant est essentielle pour garantir un trafic fluide dans une agglomération.»


Le chiffre : 765

Véhicules >mis à la fourrière en Juillet. Entre le 1er et le 29 juillet, ce sont 765 mises en fourrière qu’a comptabilisées la Police municipale. «Un chiffre néanmoins inférieur à la moyenne mensuelle» indique la municipalité.

 

 

source : http://www.ladepeche.fr/article/2015/07/30/2152244-la-fourriere-tourne-a-plein-regime.html

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux