Suivez nous sur nos autres médias :

Syndicat National des Policiers Municipaux

Besançon – Les policiers municipaux en grève pour les feux d’artifice et le passage du Tour de France

logo_macommune_grand

 

Le syndicat national des policiers municipaux (SNPM) de Besançon a déposé la semaine dernière un préavis de grève du 13 au 16 juillet, à l’occasion des feux d’artifice et du passage du Tour de France. Sur 50 policiers municipaux à Besançon, une quarantaine devrait suivre le mouvement.

Marre d’attendre. Les policiers municipaux ne se sentent pas entendus à Besançon, notamment par la direction générale des services. Les syndicats ont, en début d’année, fait part de leurs revendications.  » On nous a demandé d’attendre la fin des élections et que les négociations débuteraient au mois d’avril. On nous dit d’attendre l’automne, voire même le budget 2015… » explique un des six délégués SNPM.

« Nous sommes ignorés… »
Le syndicat explique avoir rencontré la direction générale des services de la Ville le 10 juin et que les négociations étaient reportées à l’automne. « Le 1er juillet, nous recevions un simple message électronique nous faisons comprendre que nos revendications étaient reportées aux calendes grecques (…) Cette direction semblerait victime d’hypoacousie et de trouble de la mémoire (…) Les policiers municipaux sont en colère et ont le sentiment d’être ignorés, voire parfois méprisés !  »

Quelles revendications ?
La principale revendication concerne l’attribution d’une prime : l’IAT (indemnité d’indemnisation et de technicité). Les policiers municipaux la réclament depuis 2012, mais elle a toujours été refusée. « A Besançon, les policiers municipaux restent parmi les rares fonctionnaires à ne pas percevoir la prime (…) » tout en déplorant que la Ville puis puisse mettre sur le « même point d’égalité et de risque » un fonctionnaire de la Police municipale et un agent administratif.

En filigrane, les policiers souffrent d’un problème de reconnaissance. « Nous avons un concours suivi d’un an de formation, nous sommes formés tout au long de notre carrière, les policiers peuvent risquer leur vie à chaque patrouille. Il fait savoir qu’un policier municipal part avec une retraite de 1.000 euros ! » Au niveau national le SNPM se bat pour que les policiers municipaux ne soient plus en catégorie C, statut le plus bas de la fonction publique, mais en catégorie A.

Sur Besançon, ils réclament l’attribution de l’IAT « sans aucune condition ». Une quarantaine de policiers municipaux sur 50 à Besançon devraient suivre le mouvement de grève du dimanche 13 juillet 2014 à minuit au mercredi 16 juillet inclus. Les policiers envisagent en parallèle de mener plusieurs actions.

( source Macommune.info)

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux