Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

13 – MARSEILLE Reconnaissance faciale, alerte automatique : une vidéosurveillance plus « intelligente »

TECHNOLOGIES – Lancée en 2012, la vidéosurveillance à Marseille va bientôt se développer via des logiciels de « traitement intelligent de l’image ».

005ok

Face à leurs écrans, les policiers municipaux du CSU bénéficieront bientôt d’un logiciel pour faciliter leurs recherches.Photo : E.M / Metronews

Lancée il y a deux ans, la vidéosurveillance dans Marseille va prochainement franchir un cap. En nombre d’abord. De 512 caméras actuellement, la ville passera à près de 1000 fin 2015. En technologie ensuite. Face à leurs écrans de contrôle au centre de supervision urbain (CSU) dans le 3ème arrondissement, les policiers municipaux devraient bientôt bénéficier d’un logiciel de « traitement intelligent des images ». Une première en France.

Un outil aux multiples usages comme l’explique le patron de la police municipal à Marseille, Marc Labouz. « Ça peut être de la reconnaissance faciale. Si dans le cadre d’une intervention par exemple, nous cherchons sur les écrans des personnes avec une moustache, le logiciel va fixer l’image sur celles qui correspondent », souligne-t-il.

Un logiciel pour épauler le policier

Utile pour l’identification, le logiciel permet d’alerter aussi. « Si la caméra visionne un regroupement inhabituel sur une place ou une personne qui court, un signal est envoyé aux policiers municipaux qui peuvent ensuite zoomer sur la scène », détaille Marc Labouz.

Avec 42 agents en poste fixe au CSU, le logiciel permettra à la police municipale d’être plus efficace. « Ce n’est pas parce que nous avons un maximum de caméras que nous sommes mieux protéger. Car devant les écrans, il faut des opérateurs pour analyser les faits délictueux », indique Marc Labouz.

Déjà mis en place à Rio de Janeiro dans le cadre de la Coupe du monde de football, le logiciel sera d’abord testé à Marseille « dans le courant 2015 », précise l’adjointe à la Sécurité, Caroline Pozmentier. Pour l’heure, l’appel d’offre n’a pas encore été déposé. Aucun montant n’a donc  été communiqué. Mais plusieurs grands groupes industriels comme Thalès, Safran ou encore IBM se sont déjà positionnés pour développer cette technologie à Marseille.

 

SOURCE : http://www.metronews.fr/marseille/reconnaissance-faciale-alerte-automatique-une-videosurveillance-plus-intelligente/mnlc!S4nVRJnXaHf6c/

A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux