Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

13 communes, une seule police municipale

Posted On 28 Fév 2020
By :
Comment: Off
La communauté de communes de Pompey, près de Nancy, est l’une des rares en France à avoir choisi de mutualiser ses moyens pour un fonctionnement plus efficace et plus flexible. « Tout le monde y a gagné », assure le maire Laurent Trogrlic.
Par Antoine PETRY 05:05 – Temps de lecture : 2 min
| Vu 104 fois
Laurent Trogrlic, maire de Pompey, et Corinne Caro, adjointe à la police municipale intercommunale, l’une des rares en France. Photo ER /Antoine PETRY

Elles sont rares, en France. Une dizaine tout au plus. La communauté de communes de Pompey fait figure de précurseur pour avoir, en 2015, regroupé l’ensemble des services de police municipale des treize communes de son périmètre en une seule et même équipe. Mutualisation des moyens, flexibilisation du dispositif : l’équipe de la PMI (police municipale intercommunale), est actuellement dirigée par Didier Piotrowski et Corinne Caro. Elle regroupe 17 agents intercommunaux susceptibles d’intervenir sur l’ensemble du secteur. « Notre réflexion s’est concrétisée à partir des nécessités imposées par Vigipirate », précise Laurent Trogrlic, maire de Pompey et président de la communauté de communes. « Cela nous a permis d’apporter une réponse aux besoins exprimés et un service sur les petites communes », précise-t-il, citant les exemples des différentes festivités (braderies, marchés) nécessitant une présence régulière. « Le dispositif nouveau permet d’établir des spécialisations chez les agents, et de pouvoir disposer en permanence ou presque d’une patrouille susceptible d’épauler les gendarmes au besoin. Tout le monde y a gagné, même s’il a fallu aux services s’habituer à cette nouvelle organisation ». Un raisonnement de bon sens qui reste encore minoritaire dans les pratiques des communes ailleurs en France. « Cela vient sans doute de la complexité à établir une articulation entre les pouvoirs du maire, conférés par l’État, et les ceux d’un service intercommunal », commente M. Trogrlic.

SNPM
A propos de l'Auteur