Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

06 – Attentat de Nice : les déclarations de la policière corroborées par des témoignages

LE MONDE | • Mis à jour le

Par Julia Pascual

Sandra Bertin, le 24 juillet, à Nice. | VALERY HACHE/AFP

Le parquet de Nice a ouvert, mardi 26 juillet, une enquête préliminaire pour abus d’autorité, sur la base des déclarations de Sandra Bertin, la policière municipale qui dit avoir subi des pressions du ministère de l’intérieur pour changer son rapport sur la nuit du 14 juillet. Le Monde a pu consulter des attestations transmises à la justice qui corroborent la version de Mme Bertin.

« Je l’ai entendue dire je ne mettrai pas ce que je n’ai pas vu aux écrans », atteste ainsi une personne en fonction au centre opérationnel de commandement (COC) de Nice, qui héberge les écrans de vidéosurveillance du centre de sécurité urbaine.

Un autre membre du COC témoigne : « Le 15 juillet vers 15 h 30, je me trouvais en salle vidéo avec notre responsable, Sandra Bertin, lorsque son adjoint vient la chercher en salle vidéo, en lui disant qu’un commissaire de police venait la voir et qu’il était envoyé par le cabinet du ministère de l’intérieur. »

« DIVERGENCE D’OPINION »

Sandra Bertin a déclaré que ce commissaire de la direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes, ainsi que le commandant qui l’a rapidement remplacé, lui ont relayé des ordres émanant de quelqu’un se revendiquant du cabinet ministériel au téléphone. Démentant les faits, Bernard Cazeneuve a porté plainte en diffamation mardi 26 juillet.

Lire aussi :   Attentat de Nice : quatre plaintes contre X enregistrées pour manquement à la sécurité

Il apparaît aujourd’hui que la personne au bout du fil était une commissaire de l’état-major de la direction centrale de la sécurité publique à Paris, l’une des directions centrales de la police nationale. Elle souhaitait obtenir un rapport sur le déroulé de l’attaque tel qu’il ressortait de l’exploitation de la vidéosurveillance. Cette procédure, qui vise à produire une note à l’attention du directeur général de la police, est sur le principe tout à fait normale.

Mais, étayant les déclarations de Mme Bertin, un employé municipal présent ce jour-là, se souvient : « Le fonctionnaire souhaitait obtenir le rapport de Sandra Bertin dans les meilleurs délais et souhaitait également y voir figurer des indications qu’il soumettait au fonctionnaire de police municipale (…), j’ai rapidement compris qu’il y avait divergence d’opinion sur la façon de rédiger le document. »

« DANS LE BROUILLARD »

Un cadre de la police rappelle le contexte de tension, voire de confusion qui règne ce jour-là : « On est quelques heures après l’attentat, tout le monde est dans le brouillard. La demande est urgente. » La commissaire de la DCSP aurait souhaité que le rapport fasseapparaître deux points de présence de la police nationale sur la promenade des Anglais. D’après nos informations, il s’agirait des intersections avec le boulevard Gambetta et la rue Meyerbeer.

Or, Mme Bertin ne visualise pas ces effectifs et refuse de les inscrire. La raison tient en deux points. D’abord, à partir du moment où l’alerte est donnée, les caméras se mettent à suivre la progression du camion. Or celle-ci s’effectue sur le trottoir dès après son arrivée sur la promenade par la rue Fabron, au niveau de l’hôpital Lenval. Pour cette raison, les images exploitées par Mme Bertin ne montrent pas les dispositifs policiers qui, eux, sont installés sur la chaussée.

Le rapport de la policière municipale, diffusé par la police auprès de la presse, ne fait pas apparaître ces barrages. En revanche, la note du 15 juillet émanant de la direction générale de la police nationale en évoque un au niveau de la zone piétonne. La note dit : « Il ressort de l’exploitation des images de vidéoprotection de la ville que (…) le chauffeur est obligé de se déporter sur le trottoir pour contourner les barrières qui obstruent les voies. » La note dit aussi que « l’angle de l’unique caméra orientée sur le barrage en question ne permet pas de voir la réaction de l’équipage présent ».

Comment une note censée être issue de l’exploitation des images de vidéosurveillance peut contredire le rapport effectué sur la base de ces images par la responsable de la vidéosurveillance ? On sait aujourd’hui que ce qu’énonce la note est faux. En effet, des policiers nationaux ont bien tenu des points de barrage dans la journée du 14 juillet mais, quand Mohamed Lahouaiej Bouhlel fonce sur la foule, ce sont des policiers municipaux qui sont présents.

La haute fonctionnaire parisienne était-elle trop pressée pour l’entendre ? On peut penser aujourd’hui que c’est sur la base de sa note que les autorités de l’Etat ont communiqué les premiers jours qui ont suivi l’attentat, prêtant le flanc à des accusations de mensonge. Qui continuent de prospérer.

Par Julia Pascual

 

 

 

source : http://mobile.lemonde.fr/police-justice/article/2016/07/28/attentat-de-nice-les-declarations-de-la-policiere-corroborees-par-des-temoignages_4975819_1653578.html?xtref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com%2F

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline