Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Refuser la priorité à un piéton coûtera désormais six points sur le permis

Posted On 19 Sep 2018
By :
Comment: Off

C’est une nouvelle mesure pour tenter de réduire le nombre de piétons morts sur les routes, qui s’élevait à 519 l’an dernier. Un décret a été publié ce mardi au Journal officiel, à la suite du comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier. Il modifie le Code de la route et prévoit un tour de vis sur les refus de priorités aux piétons sur les passages dédiés.

Ce comportement était déjà passible d’un retrait de quatre points sur le permis de conduire. Il en coûtera désormais six aux contrevenants, à partir de ce mardi. Cette sanction est valable si le piéton « s’engage régulièrement dans la traversée d’une chaussée ou manifeste clairement l’intention de le faire ».

Autre nouveauté : la constatation de cette infraction peut se faire par simple vidéosurveillance. D’autres mesures sont en préparation, notamment pour rendre plus visibles ces passages piétons.

Ethylotest anti-démarrage : une alternative à la suspension du permis et à la prison

Le décret prévoit une autre mesure qui risque de faire parler d’elle. Il s’agit d’une généralisation du recours aux éthylotests anti-démarrages (EAD) pour lutter contre l’alcoolémie au volant. L’an dernier, 1035 personnes ont perdu la vie dans un accident impliquant un conducteur en état d’ivresse. Au 1er janvier 2019, toute personne interceptée avec une alcoolémie supérieure à 0,8 g/l et inférieure à 1,8 g/l sera éligible à un nouveau dispositif.

Au lieu de voir son permis suspendu, le contrevenant pourra être autorisé, par décision préfectorale dans les trois jours, à continuer à conduire des véhicules équipés de ces éthylotests pendant une durée maximale de cinq ans. L’installation du dispositif (1 300 € environ ou location à 100 € par mois) sera entièrement à sa charge.

Ce dispositif a prouvé son efficacité, selon la Sécurité routière, mais est encore trop peu utilisé. « L’objectif est d’éviter, par la rapidité de la décision, le déclassement causé par la perte du permis, notamment pour aller travailler. L’EAD est un outil reconnu contre la récidive d’alcool au volant. On espère qu’en développant l’usage, son prix baisse et amorcer ainsi un cercle vertueux », résume le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe.

D’ici sa généralisation l’an prochain, cette mesure sera expérimentée dans six départements (dont le Finistère et la Réunion) « afin d’affiner le dispositif et les procédures », a-t-il précisé.

SNPM
A propos de l'Auteur