Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Police intercommunale de Hem et environs: nouvelles entrées dans la ronde…

Posted On 13 Mai 2014
By :
Comment: Off
Tag:

Après Lannoy et Toufflers, la police municipale de Hem va s’étendre au territoire de Forest-sur-Marque d’ici la fin de l’année. Avant l’intégration d’autres communes ?

HEM

C’est l’histoire de l’union qui fait la force. Créée en 1983, la police municipale hémoise a entrepris depuis quelques années une politique d’extension de son domaine d’intervention et s’est transformée pour cela en « police mutualisée ».

En 2010, ses effectifs étaient portés à dix membres, avec l’embauche de deux agents chargés de patrouiller à Toufflers,  et d’un troisième consacré à Lannoy. «  Au départ, rappelle Francis Vercamer,  les policiers ne travaillaient qu’en semaine de 8h à 12h et de 14 h à 18h. Or avec le temps on s’est rendu compte qu’il y avait plus de besoins le soir, en particulier le week-end.  La police mutualisée était le moyen d’étendre les amplitudes horaires pour un coût raisonnable. »

L’affaire ne s’est pas faite sans difficultés. «  J’y pensais depuis 2002, raconte le maire. Au départ je voulais faire un syndicat intercommunal, mais légalement on ne pouvait pas, je n’ai jamais compris pourquoi. » Le député a donc fini par présenter en 2006 un amendement à la loi permettant à des villes limitrophes, sous certaines conditions, de mutualiser leurs ressources en matière de police municipale.

Concrètement, les municipalités toufflersoise et lannoyenne financent respectivement deux et un postes de policiers, pour un coût avoisinant les 50 000 € par agent (45 300 € en 2013). Soit le montant des salaires, des équipements, mais aussi des formations, relativement nombreuses car les policiers sont ici armés (revolvers et flash ball).

Amplitudes horaires élargies

Depuis l’arrivée de ces effectifs supplémentaires, les patrouilles ont lieu de 7h à 1 h sur l’ensemble du territoire concerné et ce cinq jours par semaine, samedi compris – les agents interviennent aussi le dimanche sur certaines manifestations.

Les policiers consignent avec une précision d’horlogers toutes leurs interventions, permettant ainsi aux communes de connaître en fin d’année la quantité d’heures passées sur leur territoire, mais aussi le nombre de « prises de contacts avec les commerçants », de contrôles de vitesse effectués ou encore de PV dressés.

Réflexion, extension

 

Avec ses dix agents, la police mutualisée n’a pas atteint sa taille critique estime M. Vercamer, qui souhaite encore élargir sa zone d’influence – et donc ses effectifs – et envisage de déménager tout le monde dans le commissariat hémois de la police nationale.

Forest-sur-Marque disposera bientôt d’un policier (lire ci-contre), Leers l’envisage et d’autres communes seraient intéressées. La loi autorise l’extension des frontières de cette police à un territoire de 50 000 habitants maximum, or la zone actuelle n’excède pas les 25 000 personnes, Forest compris. Des recrutements permettraient de faire travailler les agents un jour de plus.

Cette question, tout de même : la hausse du nombre de policiers municipaux ne risque-t-elle pas d’inciter leurs collègues de la nationale à réduire la fréquence de leurs patrouilles ? «  Qu’on ait ou non une police municipale, ça ne change rien, puisqu’ils ne passent déjà plus, assure Francis Vercamer.  Il manque plus de 100 policiers sur le secteur. Demandez à Leers,  qui n’a pas de police municipale, s’ils les voient passer plus que nous…  »

Tél : 03 20 66 58 22.

 

 

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux