Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Peines aggravées requises dans le procès en appel des mariages chinois

Par Kevin BlondelleFrance Bleu Touraine et France BleuJeudi 12 octobre 2017 à 0:21Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017 à 8:43

Lise Han est restée sur ses positions
Lise Han est restée sur ses positions © Maxppp – Patrice Deschamps

L’affaire dite « des mariages chinois » était rejugée en appel ce mercredi à Orléans. Le parquet a requis des peines plus lourdes qu’en première instance pour Lise Han ainsi que ses co-accusés, qui ont tous campé sur leurs positions et nié toute malversation.

Rien de nouveau dans le fond durant ce procès en appel. Deux ans après leur condamnation, les quatre prévenus ont présenté la même défense, au grand désarroi de l’avocat général qui a regretté que Lise Han notamment -qui est au coeur du réacteur- ne fasse pas amende honorable. L’ex collaboratrice et maîtresse de Jean Germain a nié en bloc avoir profité de sa position entre 2008 et 2011, elle qui dirigeait une société d’organisation de noces pour des couples chinois, en passant des contrats avec la mairie de Tours dont elle était donc également salariée.

« Je ne sais plus, je ne me souviens pas », affirme Lise Han

Son attitude à la barre a parfois exaspéré la juge, qui lui demande par exemple à quoi correspondait cette somme de 170.000 euros versée par son entreprise à son mari. « Je ne sais pas, je me souviens plus » répond froidement Lise Han. « Tout de même, on parle d’une somme qu’on n’oublie pas comme ça » s’agace la juge. C’est plus largement la position des quatre prévenus qui l’agace. Ils campent sur leurs positions du début à la fin, niant toute malversation. Le tout sans apporter aucun élément de défense nouveau par rapport au premier procès qui avait vu le tribunal les condamner. Le parquet a donc requis trois ans de prison dont deux ans ferme pour Lise Han ainsi que le versement de 800.000 euros de dommages et intérêts notamment à la ville de Tours et à la métropole. Elle a aussi requis des peines de sursis plus lourdes pour les trois autres accusés. La décision a été mise en délibéré au 30 janvier prochain.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline