Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Montpellier : les policiers municipaux auront accès à certaines bases de données de la police

  • De nouveaux outils accessibles aux municipaux

    De nouveaux outils accessibles aux municipauxILLUSTRATION JEAN-MICHEL MART
Publié le 28/12/2018 à 13:25 / Modifié le 28/12/2018 à 15:07S’ABONNER
Une expérimentation sera lancée à partir de 2019 par le ministère de l’Intérieur dans onze villes de France pour permettre aux policiers municipaux d’accéder à certaiuns fichiers réservés jusqu’ici aux policiers nationaux. Montpellier et la Grande-Motte en font partie.

« Cette mesure attendue depuis des années, plus de 20 ans, est  nécessaire et normale », indique dans un communiqué Jean-Michel Weiss, secrétaire général de la Fédération autonome de la police municipale Hérault-Gard et Secrétaire national de la Fédération autonome de la Fonction Publique Territoriale. Il exerce ses fonctions de chef de la police municipale, de la sécurité et la prévention à La Grande-Motte.

Il dévoile ce 28 décembre 2018 qu’une expérimentation sera lancée par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dès 2019 pour permettre l’accès à certaines bases de données de la police nationale (fichiers) pour les policiers municipaux, dans onze ville de l’Hexagone, dont deux villes de l’Hérault, Montpellier (zone police) et la Grande-Motte (zone gendarmerie). Une mesure qui s’inscrit dans les nouveaux axes de la police de sécurité du quotidien voulue par Emmanuel Macron et mise en oeuvre il y a bientôt un an.

Les fichiers des permis et des immatriculations

Les agents municipaux testeront ainsi un accès direct aux fichiers du système national des permis de conduire (SNPC) et système des immatriculations de véhicules (SIV).  Une mesure saluée donc par Jean-Michel Weiss : « L’accès à ces fichiers devrait faciliter le travail de terrain des 22 000 policiers municipaux, mais aussi permettre aux agents d’être plus efficaces et autonomes. Aujourd’hui, nous devons saisir les services de la police nationale ou de la gendarmerie nationale pour obtenir ces renseignements, soit par téléphone, courriel, ou par radio. Ces demandes peuvent être chronophages pour les salles des commandements des forces de police de l’Etat. L’accès direct est aujourd’hui devenu indispensable pour être plus efficients. »

Huit semaines de test

Le test ne concernera dans un premier temps que le fichier SNPC. L’accès au SIV sera disponible à partir du 15 février 2019. Ces phases d’étude sont prévues pour huit semaines. « C’est une bonne nouvelle pour les policiers municipaux, cela répond à une vieille revendication de la profession, mais pour être encore plus opérationnel le gouvernement doit aller encore plus loin », estime le représentant syndical. « Dans le cadre du déploiement de la Police de Sécurité du Quotidien nous devons avoir également accès au ficher des objets volés et des véhicules volés (FOVeS) ainsi qu’au fichier des personnes recherchées (FPR). Enfin, les accès doivent être possibles avec les nouveaux outils numériques (tablette, smartphone….) et non pas seulement depuis un poste informatique fixe. La police municipale doit, elle aussi, pouvoir bénéficier de matériel adapté et connecté. » souligne Jean-Michel Weiss.

HÉLÈNE AMIRAUX
SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline