Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

La police municipale mobilisable jour et nuit

Patrouilles renforcées lors d'événements populaires, sportifs ou culturels./ Photo Y. G.
Patrouilles renforcées lors d’événements populaires, sportifs ou culturels./ Photo Y. G.

Désormais, les policiers municipaux peuvent être mobilisés jour et nuit en cas de problème spécifique. La mise en place d’une astreinte a été votée lors du dernier conseil municipal.

«Seule l’astreinte de décision est appliquée actuellement pour la police municipale et plus précisément pour le chef de service», indique Karine Traval-Michelet, maire socialiste de Colomiers. «La volonté de l’autorité territoriale de garantir à la population un service continu sept jours sur sept conduit aujourd’hui à proposer aussi la mise en place d’un dispositif d’astreinte d’exploitation».

Cette dernière implique pour les agents d’être en mesure d’intervenir soit physiquement, soit par téléphone sur tout événement susceptible de porter gravement atteinte à l’ordre public (accident, manifestation, alerte météo, notamment) survenant en dehors des heures de fonctionnement du service, soit entre 21 heures à 7 heures.

«Ces astreintes sont accompagnées de compensations financières ou de récupérations», ajoute le maire. «On se conforme aussi à ce qui se pratique ailleurs pour être attractifs alors que nous allons procéder au recrutement de dix agents supplémentaires et d’un directeur».

Querelles de procédure et idéologiques

«On ne prendra pas part au vote même si en temps normal on aurait voté pour car lors de la dernière commission de sécurité ne figuraient pas ces deux délibérations et ce n’est pas la première fois», dénonce Damien Laborde, conseiller municipal Les Républicains d’opposition.

«Je veux bien recevoir des leçons mais il faut être clair», estime Karine Traval-Michelet. «Cette délibération a été évoquée en commission des finances».

Pour des raisons plus idéologiques, l’élu communiste Delio Menen qui appartient à la majorité municipale a précisé : «Je voterai pour car la police municipale existe et qu’il faut lui donner les moyens mais je reste opposé à la création de services de police municipale par les mairies».

Conseiller municipal écologiste insoumis d’opposition, Patrick Jimena estime que : «Les prérogatives de la police municipale ne sont pas suffisantes et la police nationale n’a pas davantage de moyens malgré des effets d’annonce. Nous voulons bien nous montrer solidaires de la majorité en organisant des opérations communes pour demander des moyens».

Pour le maire, il s’agit maintenant que «le travail engagé avec les forces de l’État et de la police permette l’amélioration de la situation columérine en acceptant le dialogue constructif proposé».

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline