Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Algérie: des femmes en campagne contre le port du voile

Posted On 16 Fév 2019
By :
Comment: Off

Sous le hashtag « Les prisonnières du voile en Algérie », des femmes de ce pays dénoncent, sur les réseaux sociaux, le port du hijab comme instrument d’oppression. Elles ont le soutien de l’écrivaine et conférencière Djemila Benhabib qui explique à franceinfo Afrique la genèse de cette campagne.

Un groupe de femmes en vêtement traditionnel, le haïk, dans les rues de la Casbah d\'Alger, le 21 novembre 2015.
Un groupe de femmes en vêtement traditionnel, le haïk, dans les rues de la Casbah d’Alger, le 21 novembre 2015. (BILLAL BENSALEM / NURPHOTO)

Depuis début février 2019, une campagne a fait son apparition sur les réseaux sociaux attestant de la montée d’un nouveau mécontentement dans la société algérienne.

Sous le hashtag « Les prisonnières du voile en Algérie », des femmes ont lancé une campagne d’émancipation vestimentaire rappelant celle en cours depuis quelques mois en Iran ou qui couve en Arabie Saoudite.

« Notre société opprime les femmes… et les hommes »

Même si en Algérie, le port du voile relève, en principe, d’un choix personnel, elles dénoncent désormais un diktat social qui les contraint à porter ce qu’elles estiment être un instrument d’oppression.

« Je soutiens cette campagne contre le port du hijab en Algérie. Lève mon chapeau à toutes celles qui osent exister de par elles-mêmes et revendiquer leur liberté. Je vous aime », a écrit le 10 février 2019 Djemila Benhabib sur son compte Twitter.

Djemila Benhabib@djemilaben

Avec Ensaf Haidar @miss9afi, présidente de la Fondation Raif Badawi, je soutiens la campagne ⁧ (prisonnières du hijab en Algérie). Solidaires des femmes pour la liberté du corps+tête. Solidarity with brave women in Algeria fighting for ⁦

62 personnes parlent à ce sujet

A 47 ans, cette journaliste, écrivaine et conférencière algéro-canadienne est également « marraine de l’observatoire de la laïcité de Saint-Denis » en France, d’après son profil qui affiche plus de 30 000 abonnés.

Jointe par franceinfo Afrique au Canada, elle précise qu’elle est aussi vice-présidente de la Fondation Raïf Badawi, du nom du blogueur saoudiencondamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouets pour « insulte à l’islam », dont la femme Ensaf, réfugiée à Québec, est devenue une amie.

« Notre société est en fait une société qui opprime les femmes, mais elle opprime  aussi les hommes. Et ce hijab fait partie d’un processus de déshumanisation de la société, parce qu’il fait des femmes des masses et des hommes des frustrés. Je refuse que ma société, celle dans laquelle j’ai grandi, puisse arriver à ce degrés de déshumanisation », explique Djemila.

Certes, reconnaît-elle, « le hijab n’est pas obligatoire dans les lois, mais en réalité la pression sociale est telle ! Les femmes finissent par le porter sous la pression de la rue, de la famille et de la société ».

Des dizaines de femmes suicidées avec leur foulard

Selon elle, c’est « le travail de sape de l’islamisme, ces trente dernières années, qui a fait en sorte que malgré l’absence de loi, le port du hijab s’est généralisé », dit-elle. « Pour moi c’est un enjeu politique de premier ordre », commente-t-elle

Ce qui l’a convaincue d’adhérer à ce mouvement et le soutenir, c’est un reportage diffusé par la chaîne algérienne al-Chourouk, plutôt islamiste, relatant le suicide de dizaines de femmes algériennes avec leur hijab.

« La mixité est tellement diabolisée et la ségrégation des sexes est quelque chose qui fait son chemin, explique-t-elle. Résultat, « il y a de l’inceste dans les familles. Il y a des relations sexuelles qui peuvent être consentantes, mais l’homme s’en va après et la femme se retrouve seule. Et comme le tabou de la virginité reste très présent, les femmes finissent par se suicider ».

Active sur les réseaux sociaux, Djemila Benhabib a posté une photo d’elle flanquée du drapeau algérien et arborant un panneau sur lequel il est écrit : « Moi, Algérienne, contre le hijab » en trois langues, arabe, anglais et français. Elle relaye méthodiquement les messages de personnes ou groupes s’exprimant sur la question.

Celui d’une certaine Celia qui écrit: « Ca n’existe pas une femme qui se voile par choix. Même si personne ne l’oblige, il y a tout un environnement social ou familial qui la pousse à ça. Aucune femme au monde n’a envie de s’enterrer sous des mètres de tissu, quoi qu’elle dise ». Ou encore celui de Sarah qui s’est vue imposer le hijab par son père.

Sarah 🇩🇿@sbleuazur

Mon père m’a forcée à porter hijab à 13 ans, il m’a menacé de me sortir de l’école et me marier sachant qu’il est enseignant universitaire. J’ai tout haï, pensé même au suicide à 15 ans. J’ai 27 ans maintenant et je suis toujours forcée de le porter.

1 278 personnes parlent à ce sujet

Elle relaie aussi un tweet des Femmes insoumises qui s’insurgent contre les incohérences : « Vous criez que porter le voile est une liberté, mais vous faites vivre l’enfer à celles qui le retirent ».

« Je me sens partie prenante de la libération des femmes » et « en harmonie avec une revendication légitime qui me touche », dit-elle, faisant la jonction avec les mouvements similaires en Iran et en Arabie Saoudite.

Sortir les femmes de leur isolement et de l’indifférence

Sur le mouvement en Algérie, elle estime que « ce qui compte, c’est qu’il existe, à un moment particulier de notre histoire. Parce que si je fais un parallèle avec ce qui se passe en Iran : au début, elles n’étaient qu’une poignée, mais après deux années de ce mouvement anti-hijab, la chape de plomb commence à éclater petit à petit », assure-t-elle.

« On sait ce qui se passe en Iran, en Arabie Saoudite et dans le golfe. On surveille tous ces mouvements qui sont latents, qui sont comme des volcans, mais qui en même temps nous disent beaucoup sur les rapports de forces dans notre société », ajoute-t-elle. L’objectif est de « sortir les femmes de leur isolement et de l’indifférence qui les tuent ».

« Il y a beaucoup de femmes qui se sentent seules, explique-t-elle. En fait, elles vivent leurs histoires comme des histoires individuelles, or la liberté des femmes n’est jamais individuelle, elle est un mouvement collectif ».

Pour Djemila Benhabib, toutes ces femmes, en Algérie, au Moyen-Orient et en Iran sont mobilisées pour « une libération de leur corps et la liberté d’aller tête nue »« Si elles se sentent rattachées à quelque chose de collectif, je me dis que ça va leur donner de l’espoir, de la force pour tenir tête au frère, à l’oncle et même à la mère, parce qu’on sait dans ces pays combien les mères peuvent être aussi dans le camp des oppresseurs », déplore Djemila.

Tina Lhr@LhrTina

Tanmirt , merci pour les hommes algériens pour ce geste aussi significatif soutienant nos soeurs qui souffrent en silence , c’etait le temps de faire entendre leurs voix ❤

87 personnes parlent à ce sujet

Pour l’heure, cette amorce de révolte contre l’avancée du voile en Algérie a reçu un début de soutien d’hommes. Des Algériens ont en effet posté sur les réseaux sociaux des photos de leur tête couverte du hijab, en signe de solidarité.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline