Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

87 – Vidéoprotection dans le centre de Limoges : comment les images sont-elles exploitées ?

Vidéoprotection dans le centre de Limoges : comment les images sont-elles exploitées ? – Photo Pascal Lachenaud

L’ancienne caserne Marceau héberge le centre de supervision urbain. Les mouvements enregistrés par les caméras du centre-ville sont observés et analysés en temps réel.

La municipalité a dévoilé lundi le centre de supervision urbain, qui est installé dans l’ancienne caserne Marceau.
1. Pourquoi la mairie a-t-elle créé un centre de supervision urbain ? C’était l’une des promesses de campagne d’Émile Roger Lombertie : mettre en place la vidéoprotection à Limoges. Deux ans après, c’est chose faite. On ne parle plus de vidéosurveillance mais de vidéoprotection (*). La préfecture a autorisé la mairie en ce sens après avis d’une commission départementale.

« C’est la suite logique au renforcement de la police municipale, dont les effectifs atteignent soixante policiers », indique le maire. L’objectif ? « Prévenir les atteintes aux personnes » et « sécuriser les espaces publics ».

2. Qu’enregistrent les caméras ?

Une pièce a été rénovée à cet effet en plein cœur de l’ancienne caserne Marceau. Vingt-six caméras enregistrent les allées et venues effectuées dans l’hyper-centre depuis le début du mois d’avril. Les images sont retransmises en direct sur douze écrans. Ces caméras sont dotées d’un angle à 360 degrés et d’un zoom puissant. « Trois autres caméras seront installées dès la fin des travaux dans les rues piétonnes », ajoute Christian Uhlen, adjoint au maire en charge de la sécurité. La mairie est également dans l’attente d’autorisation de propriétaires pour en implanter trois autres, à partir du mois de mai. Ce qui porterait le nombre à 32.

3. Comment ont été choisies les zones ?

La zone s’étend de la place des Carmes jusqu’à l’avenue Jean-Gagnant, puis de la place Carnot au pont de la Révolution : soit au total, à peine deux kilomètres carrés du centre-ville. « Ce sont des endroits où la sécurité mérite d’être améliorée et où des vols et infractions ont été constatés », commente Christian Uhlen. « Fin 2016-début 2017, nous installerons d’autres caméras dans des zones sensibles : à Beaubreuil, au Val de l’Aurence et à La Bastide », annonce Émile Roger Lombertie.
4. Qui voit ces images ?
Les images sont enregistrées dix heures par jour pour l’être 24 h/24 et 7j/7 d’ici fin mai. Trois personnes observent, puis annotent les mouvements. « Ce ne sont pas des policiers, mais des opérateurs formés spécifiquement pour cette mission », précise le maire. « Elles sont en lien direct avec la police municipale. En cas de besoin, elles alertent les équipes sur place afin d’intervenir, notamment en cas d’ivresse sur la voie publique ou de troubles à l’ordre public. Si le problème est plus grave, on prévient la police nationale », précise l’un des policiers municipaux.

5. Et la protection des mouvements ?

Émile Roger Lombertie a largement insisté sur ce point : « Je suis contre l’utilisation des images au service de l’espionnage, mais pour la protection des libertés. » Les enregistrements sont supprimés au bout de quinze jours, trente jours dans le cadre d’une enquête de flagrant délit.

Sur les films, des zones sont cachées par un bandeau noir, derrière des fenêtres d’habitation ou des jardins : il s’agit de zones privées, qu’il est bien sûr interdit de filmer. La mairie fixe ce cadre dans une charte d’éthique disponible sur le site de la ville (www.ville-limoges.fr, rubrique “cadre de vie”).

6. Combien coûte ce centre ?

La Ville a investi 466.000 euros pour le déploiement des caméras. Le coût des futures caméras dans les zones dites sensibles est estimé à 300.000 euros, subventionnés en partie par l’État.

Où sont les caméras ?

Vingt-six caméras de vidéo protection sont installées depuis le mois de décembre 2015 dans le centre-ville de Limoges.
Les images qu’elles enregistrent sont retransmises en direct dans le centre de supervision urbain, dans l’ancienne caserne Marceau. Là, trois personnes analysent les images. Si ces agents observent un trouble à l’ordre public, ils alertent les équipes de policiers municipaux et nationaux, en patrouille sur place.
La carte d’implantation des caméras dans l’hyper centre :

(*) Le terme a été changé par la loi du 14 mars 2011 d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure.

Marion Justinien

 

 

 

source : http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2016/04/19/videoprotection-dans-le-centre-de-limoges-comment-les-images-sont-elles-exploitees_11876567.html

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline