Suivez nous sur nos autres médias :

Syndicat National des Policiers Municipaux

77 – Trois élus violemment agressés à la sortie d’une réunion à Dammarie

Sophie Bordier avec G.L.G. | 08 Avril 2015, 19h40 | MAJ : 08 Avril 2015, 19h40
Dammarie-les-Lys, ce mercredi. C’est en discutant sur le parking du château des Bouillants à l’issue d’une réunion que trois élus de la majorité municipale ont été violemment agressés.
Dammarie-les-Lys, ce mercredi. C’est en discutant sur le parking du château des Bouillants à l’issue d’une réunion que trois élus de la majorité municipale ont été violemment agressés. (LP/S.B.)

«Je n’avais jamais vécu une agression aussi violente et aussi gratuite». Huit jours après l’attaque dont il a été victime avec deux autres conseillers municipaux le 1er avril dernier, Dominique Theraulaz , adjoint aux sports à Dammarie-les-Lys, est encore marqué. «Il était 20 h 40, on discutait sur le parking du château des Bouillants à l’issue d’un bureau municipal avec quatre collègues, deux hommes et deux femmes.

Une voiture est arrivée avec la musique à fond. Ils sont sortis, ivres. On leur a demandé de faire moins de bruit. L’un d’eux s’est approché de nous pour uriner juste à côté. Il y avait deux dames avec nous. C’était de la provoc. Nous avons dit on va appeler la police…»

Le jeune «provocateur» part, puis revient dans la voiture avec d’autres. Ils descendent du véhicule. «J’en avais un en face de moi. Un autre est arrivé de côté et m’a frappé le visage avec une bouteille. Je suis tombé KO, plus de son plus d’image !», relate Dominique Theraulaz. Les agresseurs partent, la police est alertée. Mais le groupe revient, menace de mort les élus. «Avec mes collègues, on a repris des coups. Ils nous ont mis tous les trois par terre». Dominique Theraulaz s’en sort avec onze jours d’ITT, ses collègues sept et trois jours d’ITT. Les deux élues féminines ont été préservées car elles se sont enfermées dans leur voiture. Les trois élus ont déposé plainte.

Le soir même, deux Dammariens âgés de 22 et 23 ans ont été interpellés. Le plus jeune n’a été reconnu par aucun des élus, contrairement au plus âgé, placé en garde à vue et écroué en attendant son jugement le 13 mai (NDLR : il est également poursuivi pour ne pas avoir regagné le centre de semi-liberté de Melun où il se trouvait).

Cette agression, qui a suscité l’indignation à gauche comme à droite, pose question. «On a appelé le 17, mais la police mis du temps à arriver. C’est une plateforme et cela doit se perdre», soupire Dominique Theraulaz, ancienpolicier retraité. Il parle de la «remontée de la délinquance dans le centre-ville». Or, Dammarie n’a pas de police municipale. «Aurait-elle changé les choses ?, s’interroge le maire Gilles Battail (UMP) qui insiste sur l’arrivée de la vidéosurveillance. Une vingtaine d’individus nuisent à la collectivité. C’est déplorable.»

 

 

source : http://www.leparisien.fr/dammarie-les-lys-77190/trois-elus-violemment-agresses-a-la-sortie-d-une-reunion-a-dammarie-08-04-2015-4675753.php

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline