Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

59 – Saint-André: «Aujourd’hui, on arme les policiers municipaux. Et demain?»

PUBLIÉ LE 01/12/2015

PAR JEAN-CHARLES GATINEAU

Les élus ont acté, ce lundi soir, l’armement de leurs policiers municipaux. Question d’évolution de la société et d’autorité pour le maire. Un dangereux doigt mis dans l’engrenage et la fin de la police de prévention, lui a-t-on opposé.

 Les armes n’arriveront que dans 6 mois, dans le meilleur des cas, à Saint-André. Photo Christophe LEFEBVRE VDNPQR

Il n’y eut que deux voix d’élus à s’élever vertement contre le port d’armes à feu par les policiers municipaux (ils sont quatre aujourd’hui). Et, ce lundi soir, dans la salle du conseil municipal, c’est celle de Patrice Cappelle qui a résonné le plus fort.

« La police municipale ne remplacera jamais le RAID ou le GIGN, a lancé l’élu du Front de gauche. La sécurité du pays, c’est à l’État de l’assurer. Les policiers municipaux ont-il déjà été agressés à Saint-André ? Nous mettons là le doigt dans un engrenage dangereux. Aujourd’hui, on arme les policiers municipaux. Et demain ? On armera les vigiles et autorisera les armes en vente libre ? »

Juste avant lui, Loïc Lebez (Le collectif Tous acteurs de notre ville), puis l’écologiste Philippe Vanhersecke (le premier votera contre et le second s’abstiendra) avaient estimé que l’armement des policiers municipaux était de nature à changer leur travail. « La police de proximité doit se renforcer dans la prévention, et leurs armes à feu vont changer la perception qu’ont d’eux la population », estime l’élu Vert. « En quoi une arme est-elle nécessaire à la mission de police de prévention, de proximité, des policiers municipaux ?,questionne M. Lebez. Et à quels types de délinquances sont-ils confrontés pour qu’une arme à feu leur soit indispensable ? »

« Plus comme

il y a 15 ans »

Pour tenter de convaincre, le maire a repris les arguments qu’il nous avait livrés il y a quelques jours, insistant sur le fait que Saint-André ne jouait pas aux apprentis-sorciers en la matière, sous-entendu que la ville suivait une tendance nationale à l’arrivée des revolvers ou pistolets à la ceinture des policiers locaux.

« Nous accompagnons une évolution de la société », a-t-il résumé, rappelant aussi qu’il n’agissait pas à chaud après les attentats de Paris, mais que le dossier était ouvert depuis plusieurs mois. « C’est de l’autorité des forces de l’ordre dont il est question, a posé Olivier Henno. Une autorité qui ne va plus automatiquement de soi. On ne doit plus regarder la police municipale comme il y a 15 ans, faisant juste de la médiation, surtout quand il y a martialisation du discours à la tête de l’État. Ils portent un uniforme, ils peuvent être pris pour cible. »

Les armes n’arriveront toutefois pas tout de suite au poste de police municipale. Il faut en effet un délai d’au moins six mois et au plus d’un an pour que la préfecture donne son accord. Olivier Henno est cependant optimiste et vise l’été prochain, les services de l’État lui ayant signifié qu’ils accéléreraient la procédure, suite à la rencontre entre le président de la République et les maires de France.

 

 

source : http://www.lavoixdunord.fr/region/saint-andre-aujourd-hui-on-arme-les-policiers-ia22b129506n3194660

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux