Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

13 – LA CIOTAT : Début des travaux pour l’annexe de la police municipale

Le bureau de proximité de la rue des Poilus sera ouvert en décembre

Début des travaux pour l'annexe de la police municipale

La municipalité a investi le bar Le Balto. Bientôt, le bureau de proximité ouvrira ses portes en décembre. Déjà une présence plus fréquente de la patrouille vététiste est notée. PHOTO R.A.

D’ores et dejà dissuasif. Les premiers coups de pelle sévissent au sein du Balto, ancien bar de la rue des Poilus. Le petit local deviendra d’ici début décembre, le nouveau bureau de proximité de la police municipale. Déjà, l’effet est palpable. Les nuisances causées par les regroupements permanents devant les vitrines semblent s’estomper. « La mise-en-place de la patrouille VTT en centre-ville y est aussi pour beaucoup, lance Bernard Debon, responsable de la police municipale, cela cause de l’insécurité chez ces gens-là« . Et la tendance est inversée. « La proximité paie« . Au sein de l’antenne, une permanence sera proposée. « Nous la calerons selon les besoins de la population« . Elle sera également adaptée aux besoins des commerçants, et pourrait être accentuée selon le calendrier, notamment en période du plan Danton. « Le bureau de proximité n’est pas une nouveauté, mais le précédent a été un fiasco, lâche Gerard Pepe, élu délégué à la sécurité, là, il y aura un chef de service attitré pour être responsable, mais aussi une patrouille pédestre ». L’idée est un plan d’action « à l’américaine« . Comprenez par là, la possibilité de proposer une très forte concentration des effectifs de la police municipale en un laps de temps restreint. « La présence de la police municipale est dissuasive, précise l’élu, c’est très positif pour l’image. D’autant que rappelons-le, l’ouverture de cette annexe s’inscrit dans le projet global de revitalisation du centre-ville ». Un élément parmi tant d’autres, donc. Car, la sécurité est bel et bien un sujet « transversal » inhérent aux quatre commissions qui vont être mises en place (Vivre ensemble, attractivité, accessibilité et qualité de vie). Dans ce projet de centre-ville, « tous les services municipaux sont impliqués », poursuit Gérard Pepe, et la police municipale en fait partie. « C’est une opération de grande envergure ».

Dans les faits, on ne parle pas de « nombre » de policiers municipaux en poste, mais du concours de la police municipale. « Il y aura une présence constante« , assure Bernard Debon. L’intensité de cette fréquence dépendra notamment du calendrier. De fait, « il y aura une patrouille plus importante le samedi ». Avoir un poste avancé est un « repère« .


La circulation et le stationnement anarchique sont de véritables fléaux en centre-ville. La municipalité a décidé d’y installer sur les rues République, des Capucines et Lucien-Martin, des bornes d’accès. « Pour préserver la tranquillité des riverains et des commerçants, nous avons décidé d’installer des bornes amovibles. La première phase aura lieu mi-novembre« . Le système sera géré par le centre de supervision urbain. À l’aide de caméras, les agents décideront qui doit entrer ou non tandis que les riverains seront équipés de télécommandes. Prochainement, également, une cinquantaine de places en stationnement zone bleue « autour du centre-ville« . La durée reste encore à définir. Et ce, « pour favoriser les achats en hypercentre« . Cette « rotation des véhicules » va permettre de fluidifier le stationnement et empêcher les stationnements à la journée… Un système qui devrait faire des heureux.


Les avancées du projet de restructuration

La maison du projet, un repère. Elle sera définitivement opérationnelle au mois de novembre. « Ce sera un lieu d’accueil et de concertation, assure Assia Madi, chef de projet de la revitalisation du centre-ville, nous avons une vision d’ensemble de cette restructuration« . Espace public, attractivité commerciale, désenclavement sont les principales priorités. Des permanences seront organisées par des associations, des copropriétaires, des experts, bailleur. La réussite du projet en matière de logement passera notamment par la mise-en-place de copropriété. « Il faut de l’organisation, confie la responsable, c’est un obstacle dans la réalisation des parties communes« . Le pôle ressource habitat s’impose, de fait, comme un repère. L’idée est également de « créer un cercle vertueux » autour des Ilots Castel, Renan et de la Porte du temps.

Développement économique. Chacun doit trouver sa place. Tel est le credo. « Le maire souhaite développer la partie artisanat et créer de la vie« , précise Gérard Pepe. Mais, aussi créer « une identité territoriale, enchérit Assia Madi, car, La Ciotat doit rester La Ciotat« . Pour cela, « il faut une harmonie où chacun travaille sur sa spécificité« . Le projet se réfléchit dans sa globalité. « Les commerces qui font du bruit ne pourront être positionnés à proximité des habitations« , précise Bernard Debon, responsable de la police municipale.

Planification : un signal fort. Trois dates importantes. Dès le mois de décembre, les bornes amovibles seront installées. La maison du projet sera ouverte au public mi-novembre. L’arrivée de la police municipale en coeur de ville est prévue en décembre. « C’est un signal fort du démarrage de la restructuration« , confie Assia Madi.

Rislène ACHOUR

source : http://www.laprovence.com/article/edition-aubagne-la-ciotat/3644807/debut-des-travaux-pour-lannexe-de-la-police-municipale.html

 

A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux