Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

11 – Carcassonne : Le père du bébé laissé dans une voiture surchauffée était prêt à porter plainte contre la police

Le 22 juillet à 6h00 par A. Ca. | Mis à jour le 22 juillet

PHOTO/CARCASSONNE NATHALIE AMEN VALS
Son fils de 4 mois, laissé dans une voiture surchauffée, avait été extrait de l’habitacle par les municipaux contraints d’abord de briser une vitre.

Hier, en fin de matinée, c’est à un surréaliste dialogue auquel s’est prêté Yazid Laredj, adjoint en charge de la sécurité. Alors qu’il s’apprêtait à quitter l’Hôtel de Rolland, l’élu trouve à l’accueil un homme remonté, et décidé à rencontrer le maire. L’objet de son courroux ? Le bris d’une vitre de son véhicule ‘commis’ la veille par des… policiers municipaux. Il s’agissait en fait de la voiture d’où les agents de la mairie avaient extrait, lundi, en fin d’après-midi, un bébé de quatre mois, laissé par ses parents dans un habitacle surchauffé, pour satisfaire un achat dans un magasin de la rue piétonne de Carcassonne. Après une brève discussion, Yazid Laredj adressera une fin de non-recevoir à son interlocuteur, l’invitant à se rendre au commissariat pour ce dépôt de plainte envisagé.
Fin de l’épisode pour l’élu, stupéfait par la réaction du père :  » Ce qui est aberrant, en lisant le compte-rendu de la police municipale, c’est que ces parents disaient que c’était normal de laisser leur enfant dans la voiture. Ce n’est absolument pas un oubli… C’est fou, avec les températures que l’on subit et les consignes que l’on peut trouver partout autour de la canicule. Heureusement que des personnes nous ont alertés rapidement, et que l’intervention des policiers (rejoints par des pompiers, Ndlr), a été rapide. Selon les pompiers, il serait resté une vingtaine de minutes dans la voiture. » Conduits lundi en fin d’après-midi au centre hospitalier de Carcassonne avec leur enfant, les parents ne s’étaient hier pas encore présentés au commissariat, à 17 h, où ils étaient pourtant attendus pour être entendus par un officier de police judiciaire (OPJ). L’enfant était d’ailleurs hier toujours en observation au centre hospitalier, avec sa mère à ses côtés.

Le Parquet attend l’audition des parents
L’OPJ devrait d’ores et déjà avoir entre les mains le rapport d’information de la police municipale sur leur intervention, transmis au commissariat, tout comme au Parquet. En fin d’après-midi, la vice-procureure de la République de Carcassonne, Brigitte Etchegoinberry, disait attendre la transmission du rapport de l’OPJ pour décider d’éventuelles suites pénales à donner. Et précisait que l’état de santé de l’enfant, au moment où les policiers municipaux l’avaient extrait de l’habitacle, n’était pas d’une extrême gravité. Sans doute grâce à l’intervention rapide des deux agents, qui devraient être reçus et félicités par le maire pour leur acte.

 

 

source : http://www.lindependant.fr/2015/07/22/le-pere-du-bebe-etait-pret-a-porter-plainte-contre-la-police,2062760.php

SNPM
A propos de l'Auteur
Syndicat National des Policiers Municipaux