Suivez nous sur nos autres médias :
SNPM Syndicat National des policiers Municipaux

Syndicat National des Policiers Municipaux

Arnaque au rétroviseur dans l’Hérault : un des trois suspects finit en prison

Posted On 11 Août 2017
By :
Comment: Off
Arnaque au rétroviseur dans l'Hérault : un des trois suspects finit en prison
Les malfrats font croire à un accrochage.

ARCHIVES / P. S.

Les trois prévenus avaient opéré à Montpellier en 2016 avant d’être arrêtés en flagrant délit à Lunel.

La technique est bien rodée. Les malfrats stationnent sur le parking d’un supermarché et attendent que vienne se garer une personne, de préférence âgée et seule. Au moment où celle-ci prend place, ils font croire à un accident, simulant le choc à l’aide d’une pierre. C’est là qu’ils interpellent leur victime pour lui notifier le pseudo-accroc, montrant le rétroviseur préalablement endommagé et la carrosserie légèrement rayée. Ensuite, l’un d’entre eux demande le nom de l’assurance de la personne dupée, pour répondre qu’il a la même, et se propose d’appeler l’assistance.

Un complice au téléphone

Évidemment, c’est un complice qui décroche : il affirme que l’incident doit se régler à l’amiable et que l’auteur du faux accident sera remboursé dans les quarante-huit heures. C’est ainsi que les trois prévenus, Fernand, Rached et Brandon, ont opéré. Tout commence le 7 juillet 2016. Sur le parking d’une moyenne surface dans le quartier d’Aiguelongue.

Après la mise en scène, ils demandent 1 900 € de réparation à la victime. Soudainement traversée par le doute, cette dernière ne retire que 500 € et décide finalement de les ranger dans son sac. En vain, puisque l’un des escrocs finira par lui arracher l’argent liquide avant de partir en courant.

Interpellés en flagrant délit grâce aux filatures

Un moment plus tard, le trio récidive dans le quartier des Prés-d’Arènes et parvient à obtenir cette fois 2 000 € en liquide. Pour ces faits, seul Rached est identifié grâce à des traces d’ADN retrouvées dans la voiture de deux victimes. Après plusieurs signalements à la police, des filatures sont organisées et, le 7 décembre 2016, alors que les trois prévenus sévissent à Lunel, ils sont interpellés en flagrant délit.

“Le plus étonnant, c’est le décalage entre la situation personnelle des prévenus et les faits reprochés. Ils ont tous les trois un travail. Dans la grande majorité des cas, les individus qui commettent ce genre de délit vivent dans la misère”, se désole le procureur.

Pour Fernand et Brandon, dont le casier judiciaire est vierge, les avocats plaident l’erreur de parcours. Ils seront respectivement condamnés à douze et dix-huit mois de prison avec sursis. Rached, lui, écope de quinze mois de prison ferme.

SNPM
A propos de l'Auteur
SEO Powered by Platinum SEO from Techblissonline